Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2015

La future fermeture des voies sur berges, rive droite, doit prendre en compte la vie quotidienne des parisiens

1116949_voies-sur-berge-a-paris-hidalgo-presente-deux-scenarios-de-pietonnisation-de-la-rive-droite-web-tete-02149861505_660x397p.jpgLa Maire de Paris a présenté deux scénarios concernant la fermeture et l’aménagement des voies sur berges, rive droite. Le premier projet envisage sur 1,5 km la fermeture de la Place du Châtelet au Pont de Sully. L’autre, plus ambitieux, puisqu’il porte sur 3,3 km en allant du tunnel des Tuileries jusqu’au port de l’Arsenal, prévoit par ailleurs la fermeture des deux ouvrages situés aux extrémités : celui des Tuileries et celui d’Henry IV

Ces deux schémas seront soumis dès le mois de juin à la concertation des habitants et des élus, à l’occasion de cinq réunions publiques, dont une dédiée à Paris Métropole. Le projet sera arrêté à l’automne 2015. Les études d’impact en matière de circulation vont être affinés par la préfecture de Police.

Mais l’impact de la fin de la circulation est plus délicat sur la rive droite car 40 % des automobilistes prennent cette voie sans s’arrêter, à la différence de la rive gauche.

D’autres aménagements annexes accompagneront cette extension de la piétonnisation des voies sur berge. Les études lancées à l’automne 2014 sur la réalisation d’un tramway ou d’un bus à haut niveau de service sur le quai haut de la rive gauche seront rendues fin 2015. Après l’inauguration de la rive droite, l’aménagement de la Place de la Bastille devrait être lancée, pour faciliter l’accès au port de l’Arsenal. Globalement, le coût de l’opération rive droite, de 8 millions d’euros, sera moindre que celui de la rive gauche, que la Ville estime à 35 millions d’euros, ce chiffre comprenant aussi les premiers aménagements en 2012 de la rive droite.


Seine.jpgDans la continuité de ces aménagement, je pense que la Ville mais aussi la région, doivent se pencher sur l’avenir de la Seine. Nous avons la chance que notre capitale soit traversée par ce fleuve. Je trouve que cette voie fluviale n’est pas assez utilisée, notamment pour les transports en commun mais aussi pour les livraisons. J’avais salué il y a plusieurs mois l’initiative d’un grand groupe agroalimentaire qui annonçait que 80 de ses 350 magasins parisiens seraient livrés par voie fluviale. Ce mode de livraison inédit en distribution alimentaire devait se faire en collaboration avec un groupe de logistique, Ports de Paris et Voies navigables de France.

Je suis partisan pour que la Ville de Paris porte un véritable projet de développement concernant la Seine : transport de personnes, livraisons…. . Le 12eme arrondissement possède des berges importantes en lien avec ce fleuve (notamment au niveau de Bercy). Cette dynamique pourrait aussi permettre à ces quartiers (comme le quai de la râpée par exemple) une nouvelle restructuration. En effet, à l’occasion d’une réunion d’appartement avec des habitants rue Villiot, ce sujet fut souvent évoqué. Quel lien avec la Seine ? Comment mieux utiliser cette voie navigable ? La question centrale étant comment mieux utiliser et permettre aux Parisiens de s’approprier la Seine.  Les prochaines élections municipales seront l’occasion d’évoquer ce sujet. Au cœur de l’Est parisien, notre arrondissement peut, une fois encore, jouer un rôle attractif, dans le cadre du Grand Paris.

Commentaires

Le fait de fermer une voie de circulation pour le moins principale après l'avoir fortement congestionnée est dans la veine de ce que l'on a eu depuis plus de 10 ans. La résultante est que maintenant Paris va véritablement être une ville muse avec toutes les consequences qui en découlent: augmentation des prix, manqué de commerce et autres...(augmentation des impôts locaux)

L'idée de livrer par voie fluviale est bonne dans l'absolue mais coûte nettement plus chère qu'une livraison par fer et sans voie de circulation fluide dans la ville, c'est voué à l'échec.

Comme d'habitude nos édilles vont nous couter plus qu'ils ne rapportent.

Écrit par : Martineaux | 06/05/2015

Les commentaires sont fermés.