Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2014

Les places de la Bastille et de la Nation bientôt réaménagées ?

photo (7).jpgAlors que l’exécutif doit toujours trouver 400 millions pour combler les finances de la Ville, Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris en charge chargé de l’Urbanisme, de l’Architecture a dressé le 24 septembre dans un média, un bilan du programme électoral d’Anne Hidalgo. Il  rappelle aussi quelles seront les futures réalisations d’aménagement envisagées au cours de la mandature. Parmi ces dernières, sont dans notre arrondissement : le réaménagement des places de la Nation et Bastille. Et l’adjoint au Maire de Paris d’expliquer « Les études sur les places de la Bastille, Nation (…) sont lancées. Le phasage des travaux dépend d’un certain nombre de conditions, d’enquêtes publiques. En ce qui concerne, par exemple, la place de la Nation, cela dépend aussi de la mise en œuvre du tramway qui entrerait dans Paris de la porte de Vincennes jusqu'à la place de la Nation. La place de la Bastille sera le premier projet réalisé. Tous ces chantiers seront lancés au cours de cette mandature et la plupart seront terminés pendant la même mandature » A voir…Tout d’abord en raison de la mise en place de la concertation nécessaire avec les riverains et les acteurs économiques de ces quartiers. A l’heure actuelle rien n’existe. Ensuite en raison de l’impact financier de ces projet. En effet, si l’objectif est autre de rajouter 3 arbres, inverser le sens de circulation et intégrer une piste cyclable, les budgets nécessaires pour la réaménagement de ces places est colossale. Pour mémoire, un article des échos en date du 28 février 2014 évoquait cette situation : «l'embellissement proposé de 6 places de Paris (de la Nation, de la Bastille, Denfert-Rochereau, Montparnasse, du Panthéon et d'Italie) pourrait représenter une dépense comprise entre 89 et 169 millions. Les chiffreurs ont analysé le travail réalisé place de la République. Les travaux avaient été inscrits à hauteur de 15 millions dans le budget primitif de la commune en 2011. Selon le journal « Le Moniteur », le coût total a atteint 24 millions en incluant les études préliminaires et la participation au renforcement du métro. ». et de prévenir que pour ces projets l’équipe en place va «devoir faire des choix cornéliens dans un contexte de baisse des dotations et de montée en puissance de la péréquation en Ile-de-France qui va conduire Paris à payer pour aider les collectivités moins riches. »

Pour être parfaitement clair, je pense que nous devons aussi mettre en place une véritable réflexion sur l’avenir du Faubourg Saint Antoine, axe majeur qui rejoint ces 2 places. En effet, cette artère n’est plus que l’ombre d’elle-même (fermeture de boutiques, déménagement des sites attractifs comme "Le lieu du design"…).

Se pose donc la question sur le fond de ces deux projets : des aménagements et réaménagements pourquoi faire ? Nous reviendrons prochainement sur ces"initiatives" de l’équipe municipale.

11/09/2014

Après le départ du VIA, Le Lieu du Design quitte aussi le 12eme arrondissement

03-lieu-du-design-vue-exterieur.jpgLa région Ile de France porte un mauvais coup à l’attractivité du 12eme arrondissement. En effet, après le départ du VIA (Valorisation de l'Innovation dans l'Ameublement) qui quittait l’année dernière son emplacement historique, le Viaduc des Arts, c’est aujourd’hui le Lieu du Design qui quitte le Faubourg Saint Antoine.

 

Concernant le VIA, nous avions dénoncé ce départ en regrettant que la Ville de Paris, la mairie du 12eme et ses autorités de tutelle, l’UNIFA et le Ministère de l’Industrie, n’est pas trouvées une solution pour le maintenir dans le 12eme. Ce fut une mauvaise nouvelle pour  l’attractivité de notre arrondissement. Dès le début des années 90, la Mairie du 12eme s’était fortement engagée pour la venue du VIA. Aujourd’hui, force est de constater qu’aucun élu ne s’est insurgé contre ce déménagement pourtant pôle d’animation indiscutable.

Nous apprenons aujourd’hui que le Lieu du Design, situé 74, rue du Faubourg Saint Antoine quitte l’arrondissement pour aménager dans le 19eme arrondissement. Actuellement installé cour des Bourguignons, dans un superbe bâtiment industriel du 19eme siècle, il occupait près de 800 m². Créé par la Région Île-de-France en 2009, Le Lieu du design soutient la conception de nouveaux produits LE-LIE~1.JPGintégrant une démarche design. Depuis sa création, Le Lieu du design a accompagné 800 projets et mobilisé 3,5 millions d’euros d’aides pour le développement de produits et services innovants. Il avait bien évidemment toute sa place au cœur de notre quartier dédié à la création et à l’innovation. C’est un nouveau coup porté à notre arrondissement. Et une nouvelle fois, aucun élu ne s’est manifesté, aucune anticipation, ni explication… Et que vont devenir ces centaines de m² en plein cœur d’un quartier très commerçant ? Un nouveau magasin d’une grande marque de vêtement ?

 

Notre arrondissement possède (encore…) de nombreux artisans et de lieu pour la création (Ecole Boulle, Viaduc des Arts…).  Nous pensons que nous devons mettre en place une série d’action ayant pour objectifs de valoriser ces artisans et ces lieux mais aussi créer une dynamique pour accueillir celles et ceux qui souhaitent développer une activité dédiée aux métiers d’art. Nous pourrions créer une véritable dynamique sur l’Est parisien en mettant en place, avec l’ensemble des acteurs concernés, une stratégie de promotion des métiers d’arts. Et au-delà de la notion d’artisanat, c’est toute l’innovation que nous souhaitons mettre en avant.

La région Ile de France porte donc un mauvais coup à l’attractivité du 12eme arrondissement.

02/09/2014

Quel avenir pour la Commission du Vieux Paris ?

viewmultimediadocument.jpgAu cœur de l’été, un article très intéressant publié par Libération (et relayé par plusieurs autres médias) évoque l’avenir de la Commission du Vieux Paris.  

La Commission du Vieux Paris (CVP) est chargée de veiller sur le patrimoine historique depuis 1897. Placée sous la présidence du maire de Paris, cette institution compte 55 membres, dont des élus, des directeurs des services de la ville et une trentaine d’experts, historiens, architectes, universitaires ou conservateurs, ainsi que des présidents d’association. Elle émet chaque mois un avis sur les demandes de démolition, pour préserver le patrimoine. Ces avis sont consultatifs mais fondés sur une expertise leur conférant un certain poids. Historiquement, elle a joué un rôle essentiel dans la sauvegarde du Marais. C’est à elle qu’on doit le sauvetage du quartier Saint-Germain-des-Prés, à une époque où il était question de prolonger l’axe de la rue de Rennes jusqu’à la Seine. Traditionnellement, ses membres étaient nommés à vie pour éviter toute pression, une indépendance personnifiée par l’archéologue et historien Michel Fleury. Depuis 2003, l’institution est renouvelée à chaque élection municipale. Mais depuis celle de mars, ses membres n’ont pas été désignés, et aucune réunion ne se tient.

Anne Hidalgo voudrait «moderniser» et «redéfinir les missions de la commission», dont elle juge les avis trop «conservateurs». Non sans de bonnes raisons… La commission s’oppose régulièrement à la destruction d’immeubles historiques. Plusieurs projets sensibles de démolition, totale ou partielle, ont recueilli un avis défavorable : la halle ferroviaire Freyssinet (finalement classée par le ministère de la Culture), les serres d’Auteuil, pour faire place au nouveau stade Roland-Garros - conflit qui a entraîné la démission de la secrétaire générale de la commission, Marie-Jeanne Dumont, qui n’a pas vraiment été remplacée depuis -, ou encore la poste du Louvre et la Samaritaine, destinées à devenir des hôtels de luxe. Ces dernières années, les accrochages se sont par ailleurs multipliés entre mairie et associations du patrimoine, qui lui reprochent, outre la dégradation de l’état des églises, de sacrifier l’architecture ancienne, de la démolition du stade Jean-Bouin à celle de la piscine Molitor, remontée pour un établissement de luxe. Le chantier du cinéma Louxor les a aussi opposées. (...)

A en croire le Canard enchaîné, Anne Hidalgo voudrait mettre un terme à une histoire de cent vingt ans en remaniant largement cette institution, mais aussi en sélectionnant elle-même les dossiers qui lui seraient soumis et en imposant le secret des débats. Jean-Louis Missika se plaint que les associations se servent de ses rapports motivés pour «contester les décisions de la municipalité devant les tribunaux». Une référence aux récents déboires judiciaires dans le dossier de la Samaritaine, chantier au cœur de la capitale, dans lequel la ville s’est engagée au côté de LVMH. (...)

Une pétition en ligne est disponible ici 

02/07/2013

Réunion d’information le 4 juillet sur la rénovation du Palais Omnisports de Paris-Bercy (POPB)

popb.jpgUne réunion publique d’information est organisée le jeudi 4 juillet 2013 à 19h dans le salon d’honneur du Palais Omnisports Paris Bercy (accès par la porte 35, boulevard de Bercy), par la société d’exploitation de l’équipement, maître d’ouvrage du projet, et la SEMAEST, maître d’ouvrage délégué, en présence de l’architecte Daniel Vaniche. Inauguré en 1984, voulu par la Mairie de Paris et la Mairie du 12eme, le POPB va être prochainement profondément rénové. C’est la société SAE (associée à l’agence d’architecture et d’ingénierie DVVD) qui gère la salle depuis sa création qui a remporté l’appel d’offre. Si le POPB est aujourd’hui un lieu unique à Paris, il faut se rappeler le site et son environnement il y a 27 ans ! C’est ce bâtiment qui marque le renouveau de Bercy et la création de tout ce quartier. Le nouveau projet comporte des améliorations. En effet, la structure des gradins sera modifiée (création de balcons suspendus). Cela va permettre la création d’une coursive composée de 52 loges VIP mais aussi au POPB d’accueillir 21,000 personnes en configuration concert (17,000 actuellement). En configuration basket, la capacité passera de 15,000 à 17,500 places. A noter que le passage d’une configuration à une autre ( basket <=> concert) se fera seulement en 4 heures (4 jours actuellement). Il est également prévu la création de 2 nouveaux halls d’entrée (un de 2500 m² avec accès direct au métro et un second coté seine), de 3000m² de salons pour accueillir des séminaires, de commerces, de restaurants …

Afin de respecter le plan climat de la ville de Paris (division des consommations d’énergie par 3), un système de géothermie ainsi qui la mise en place de panneaux solaires photovoltaïque (650m²) est prévue. Une isolation plus performante et la mise en place de protection solaire sur les vitrages est également prévue. L’inauguration du nouveau Bercy est prévue en septembre 2015. Le cout des travaux est estimé à 110 millions d’euros.

28/06/2013

L’UDI du 12eme arrondissement prépare son projet pour les élections municipales

photo (4).jpgHier soir jeudi s’est tenu la 4eme réunion « Projet » de l’équipe UDI 12eme. Depuis plusieurs semaines maintenant, nous travaillons sur les propositions qui seront présentées aux habitants de notre arrondissement lors des prochaines élections municipales de mars prochain. Ces grands axes seront ensuite complétés par le projet pour Paris de l’UDI.

 

Le « projet de ville » sur lequel nous travaillons a pour unique ambition de modeler la ville et notre arrondissement au service des habitants pour que ceux-ci puissent y trouver des sources d'épanouissement et des réponses à ses questions et difficultés.

Ce projet posera clairement les objectifs et les priorités pour les prochaines années. .

Il se déclinera en deux orientations très fortement affirmées :

  • permettre à chacun de mieux vivre ensemble, de trouver sa place dans notre arrondissement dans le respect et la dignité
  • garantir un développement de la ville et de notre arrondissement, dans le cadre du Grand Paris, respectueux de l’environnement.

photo (5).jpgNous souhaitons, plus que jamais, préserver le cadre de vie en y associant les habitants afin de promouvoir la qualité du vivre ensemble. Ce fil rouge guide l’ensemble de l’action et du projet.

Urbanisme, propreté, petite enfance, logement, aide à nos ainés, aménagement, stationnement…mais aussi l’avenir de la petite ceinture, du Bois de Vincennes, de nos quartiers…. Nous proposerons un projet ambitieux, réaliste, innovant et concret. Et bien évidement, pour être crédible, ce programme devra être porté par des habitants déjà engagés dans la vie de l’arrondissement depuis longtemps. Bien loin des querelles d’ambitions personnelles, nous souhaitons préparer l’avenir de notre arrondissement. Le projet est l’acte 1 de la conquête de notre arrondissement !

14/06/2013

Couverture du périphérique dans le 12eme : le manque d’ambition de la municipalité actuelle

périph.jpgDans une note d’octobre 2010 puis de juin 2012, nous évoquions la couverture du périphérique. Aujourd’hui, une nouvelle fois, nous regrettons le manque d’ambition de la Ville de Paris sur cette question. Plus que jamais, nous soutenons cette initiative et souhaitons un débat sur ce projet majeur. Malgré la mise en place de pétition et le vote de différents vœux, nous regrettons que la Ville de Paris et la Mairie du 12eme refusent cette idée. Nous estimons que ce projet doit s’inscrire dans le cadre du grand Paris. La municipalité manque tout simplement de vision….En effet, le 12eme, l’arrondissement de l’Est de Paris mais aussi les communes voisines ont une densité urbaine très forte, qui amène des contraintes pour la réalisation de nouveaux équipements publics. Tous ces quartiers ont un besoin important en termes d’espaces et d’équipements publics de proximité, répondant aux besoins des habitants, tels que des équipements sportifs de plein air et des équipements culturels.  

L’aménagement du périphérique doit donc être pensé comme un espace de liaison et de valorisation des grands équipements de Paris et des équipements existants des communes alentours : le Château de Vincennes, le Parc Floral, l’Hippodrome de Vincennes, le Parc Zoologique, l’INSEP, les grands parc départementaux…

D’ores et déjà, plusieurs pistes doivent être étudiées :

-          Un aménagement urbain soucieux de l'environnement

-          Des logements en adéquation avec le site

-          La création de lieux de vie et des équipements de proximité

-          Une réalisation et une gestion en intercommunalité

Ce projet de couvrir le périphérique est un projet à l’échelle du grand Paris. Ce sera dans les mois à venir, un sujet important, un sujet sur lequel les habitants devront se prononcer. C’est, effet, l’une des dernières possibilités, à Paris et dans le 12eme, de créer un nouvel espace public et donner une nouvelle dimension à tout une partie de l’arrondissement.

21/05/2013

Ex-magasin Surcouf avenue Daumesnil : l’inaction flagrante de la Mairie du 12e

surcouf.jpgLe 17 décembre dernier, j’ai rédigé une note intitulée « Quel avenir pour les 6000 m² de l’ex-magasin Surcouf ». Située avenue Daumesnil ce bâtiment est, 6 mois après sa fermeture (novembre 2012), toujours vide mais surtout sans aucune perspective… L’inaction de la municipalité sur ce dossier est flagrant :

 

-       Inaction d’abord dans son envie de faire bouger les choses, de lier des contacts avec le monde de l’entreprise privée et d’aider les initiatives entrepreneuriales.

-       Inaction ensuite dans le choix même du devenir de ce bâtiment : que souhaite-t-elle ? Quel type d’activité ? Aucune idée, à ma connaissance, de leur ne part a été annoncée.

-       Inaction enfin dans sa communication : y a-t-il eu des réunions de concertation pour expliquer aux riverains le devenir de ce bâtiment ? À part un voeux plein de bonnes intentions au conseil d’arrondissement, quelle initiative politique ? Quel est le message de la Mairie du 12eme, mais aussi de la Mairie de Paris ?

Ce dossier est, en fait, la preuve flagrante du manque d’envie et d’innovation pour notre arrondissement, l’Est de Paris et la capitale de la part de l’équipe sortante PS/Vert/FG. Finalement, à part aider les associations amies, mettre en place des projets dont nous cherchons encore l’utilité (réfection du Bd Diderot, piste cyclable à double sens…) ou lancer des projets pharaoniques (Bercy Charenton), les vrais projets d’avenir sont malheureusement absents de la politique municipale actuelle. Certains élus me disent même sur ce dossier que « nous ne pouvons rien faire car c’est à une entreprise privée de proposer quelque chose pour la reprise de ce bâtiment ». Ce discours, complètement décalé et idéologique, n’est plus d’actualité. Le rôle d’une équipe municipale est, selon moi, de donner du sens à son territoire.

 

Aujourd’hui, le 12eme arrondissement possède, par la force des choses, l’une des plus grandes surfaces commerciales vides de la capitale. Alors que faire ? Comment redonner rapidement une dynamique à cette partie du 12eme ? Dans tous les cas de figure, il faudra un projet dans lequel la Ville ai son mot à dire. Sur ce dossier, la municipalité doit travailler conjointement avec le secteur privé. Si les murs ne lui appartiennent pas, elle doit réfléchir, initier des rencontres, imaginer des perspectives et mettre en place une vraie concertation locale. Je pense que nous pourrions, par exemple, intégrer cette surface dans le projet de « la Silicon Valley ». Réservé aux jeunes entreprises innovantes, cette surface pourrait héberger les startups de demain. Cela pourrait créer une attractivité non négligeable. L’objectif serait  d’abord d’offrir un espace de travail, mais aussi des services dédiés aux conseils et à l’expertise. Bref, un projet en lien avec notre arrondissement, tournée vers l’avenir et l’innovation !

Ces 6000m² de cet ex-magasin informatique peut, nous sommes nombreux à le penser, marquer le naufrage de l’équipe sortante du 12eme….

16/05/2013

Quel avenir pour la friche Passage Driancourt ?

driancourt.JPGIl existe, passage Driancourt, une parcelle actuellement en friche. Idéalement situé, proche du marché d’Aligre et du faubourg Saint-Antoine, nous aurions pu imaginer que la Mairie du 12e soit particulièrement attentive à cet espace. Actuellement à l’abandon, fermé par des grilles, ce lieu est complètement abandonné. Un projet de délibération, pour achever la phase d’aménagement de ce secteur entamé en 1990, a été présenté en conseil d’arrondissement il y a plusieurs mois mais rien ne semble se concrétiser. Dans tous les cas, les riverains passants devant ne sont informés d’absolument aucun projet. Cette situation est regrettable. Ce quartier, particulièrement vivant doit être un vrai centre d’attractivité de notre arrondissement. Entre le marché d’Aligre, le viaduc des arts à proximité et l’animation du faubourg, rien ne doit être laissé au hasard en matière d’aménagement. Concernant cet espace en particulier, il existe un vrai manque d’information et d’anticipation. Ce sujet devra faire rapidement l’objet d’une décision afin de remédier à cette ‘verrue » en plein coeur du quartier d’Aligre.

15/05/2013

Zoo de Vincennes : J -1 an avant sa réouverture

A lire ce matin dans le Parisien, un article sur l’avenir du Zoo de Vincennes

zoo.jpg« Une pelletée de terre jetée au pied d’un arbre tout jeune par Geneviève Fioraso, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a symboliquement marqué, hier matin, la dernière année du chantier du parc zoologique de Paris qui ouvrirait donc ses portes au printemps 2014 à l’orée du bois de Vincennes. A J-1 an, les contours se précisent pour ce qui est toujours ambitionné par les dirigeants du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) comme le zoo du XXIe siècle.

Bottés et casqués, les visiteurs d’hier, composés d’élus locaux et des concepteurs du projet (MNHN, Bouygues Construction, Icade, Chrysalis) ont sillonné une partie des 4 km du parcours, guidés par la paysagiste-urbaniste Jacqueline Osty. Les trois rochers mythiques ont pris un coup de jeune et ont fait des petits dans les enclos déjà bien arborés. Arbres anciens et 2200 nouveaux (40% des nouvelles plantations déjà effectuées) trouvent leur place dans un paysage bien pensé qui coupera le visiteur du monde extérieur pour le mener dans des paysages reconstitués au mieux (Guyane, Madagascar, Sahel-Soudan, Europe et Patagonie)

Cinquante soigneurs et deux vétérinaires

Chez les lions, les nouveaux faux rochers sont chauffants. Tout proche, le troupeau des 16 girafes, présentes depuis le début du chantier, a pris ses quartiers dans son nouveau bâtiment. Là, pour une fois, le visiteur dominera les grandes dames en cheminant sur la coursive haute de 3 m. Au pied du grand rocher, la volière chapeautée d’un immense filet a pris forme, grande comme une moitié de terrain de football. On flâne ensuite jusqu’à la grande serre, composée de 6000 panneaux de verre qui entraînera les visiteurs dans la forêt tropicale et la chaleur humide qui va avec, où trônent déjà de superbes spécimens végétaux baignés de brume chaude.

« A terme, nous serons cinquante soigneurs et deux vétérinaires, précise Alexis Lécu, chef vétérinaire. Nous aurons également en résidence un étudiant de l’école vétérinaire de Maisons-Alfort qui sera formé pour une spécialisation en faune sauvage. D’ailleurs, notre collaboration avec cette école s’accentuera et prendra de multiples formes. » Pour le bien-être des animaux »

03/04/2013

Dans le 12eme arrondissement, la majorité municipale divisée sur l’avenir de la Petite ceinture

pc.jpgL’avenir de la Petite ceinture sera l’un des grands dossiers des futures élections municipales à Paris et, par conséquent dans le XIIe arrondissement. Pour ma part, depuis de longues années et dans la continuité des ouvrages incontestables déjà réalisés dans l’arrondissement, comme la promenade Plantée, nous souhaitons aménager la Petite ceinture en coulée verte (promenades paysagées, piste cyclable, espaces variés de loisirs et de jeux…). L’objectif 1er étant d’éviter tout type de pollutions (sonore, visuelle…) nous refusons d’abord la réversibilité du projet qui permettrait un jour futur de revoir les trains sur la petite ceinture.
Il s’agit d’une priorité importante dans les années à venir pour notre arrondissement. Depuis de longues années, cet espace est abandonné. Aucune décision franche n’a été prise de la part de la Mairie de Paris et de la majorité du 12e.

À la lecture du dernier numéro du journal de la mairie, nous comprenons mieux cette inaction. En effet, le Parti de Gauche, allié du PS dans l’actuelle majorité est contre la création d’un espace vert. Dans une tribune intitulée «Pourquoi faut-il maintenir les rails sur la petite ceinture » le président du Parti de Gauche du 12e entame son propos de la façon suivante « L’activité ferroviaire sur la petite ceinture doit reprendre. ». Au moins, c’est clair ! En résumé, il propose de réactiver la petite ceinture pour les transports de marchandises. Les milliers de riverains de l’actuelle petite ceinture apprécieront… C’est surtout une position incompatible avec ses alliés PS et Verts. Jusqu’où ira donc cette majorité pour conserver la Mairie de Paris ? Sur un projet aussi important, elle doit être soudée… C’est l’une des raisons pour laquelle après 11 ans de gestion, la mairie du 12e n’a jamais osé évoquer ce sujet de façon sérieuse et constructive, de peur de voir sa majorité se fissurer au grand jour !