Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2016

Statut de Paris : au coeur du Grand Paris, faire de notre capitale une ville toujours plus agréable à vivre, attractive et capable de rivaliser avec les grandes métropoles mondiales

702773164.jpgDepuis octobre, les groupes politiques et les maires d'arrondissement travaillent sur la question de l’évolution du statut de Paris en collaboration avec la préfecture de police et la préfecture de Paris et de la région Ile-de-France. Cette réforme vise à une simplification administrative, à une nouvelle répartition des compétences entre l'Etat et la Ville et au renforcement du rôle des maires d'arrondissement. Elle nécessite une modification législative. Le Parlement se prononcera d'ici la fin de l'année.


Paris possède un statut particulier à plus d’un titre. Notre ville a toujours attiré la méfiance du pouvoir étatique. Alors que le principe de l’élection du maire a été instauré définitivement pour toutes les communes par une loi de 1882, la cité parisienne n’élit son maire que depuis la loi du 15 décembre 1975 (premières élections municipales en 1977). Depuis l’arrêté du 12 messidor an VIII (1er juillet 1800), les compétences en matière de police restent, pour l’essentiel, assurées par un préfet de police, autorité étatique nommée en Conseil des Ministres. Paris connaît également un découpage en arrondissements ayant à leur tête un maire, en vertu de la loi du 31 décembre 1982. Les vingt maires d’arrondissement ne sont pas des maires de plein exercice, Paris ne connaissant qu’un seul maire, le maire de Paris élu par et parmi l’assemblée municipale délibérante qu’est le Conseil de Paris. Les mairies d’arrondissement ont un pouvoir d’avis (subventions, urbanisme), un pouvoir de décision concernant les équipements de proximité à vocation éducative, sociale, culturelle, sportive et d’information de la vie locale de l’arrondissement.
La structuration "à étage" de la municipalité parisienne se retrouve dans le mode de scrutin. Les listes municipales parisiennes sont composées par arrondissement : les conseillers de Paris (siégeant à la fois au Conseil de Paris et au conseil de l’arrondissement où ils sont élus) constituent le début des listes de candidats d’arrondissements. Par ailleurs, Paris est à ce jour la seule commune à être également un département : le maire de Paris est ainsi président du conseil général, et le Conseil de Paris est à la fois conseil municipal et conseil général, disposant des deux séries de compétences. La création de la Métropole du Grand Paris et des ses conseiller fait aussi inévitablement évoluer le rôle de Paris dans cette nouvelle instance.
La nécessité d’organiser les relations entre Paris et les collectivités territoriales de la "zone dense" (essentiellement la Petite Couronne) est apparue récemment. Pour répondre à des besoins nouveaux des habitants (logement, transports, développement économique, etc.), il va falloir imaginer de nouvelles mutualisations de services publics.
Les prochains défis sont donc de plusieurs ordres :
- comment rendre la Ville de Paris toujours plus agréable à vivre, attractive et capable de rivaliser avec les grandes métropoles mondiales ?
- comment créer une Ville avec un fonctionnement moderne, humain, efficace et acceptable par tous
- comment, enfin, incarner, demain, la Ville de Paris et au-delà, le Grand Paris.

A titre personnel, je suis pour une véritable refonte avec 3 grands axes :
- L’élection au suffrage universel direct du maire de Paris
- L’évolution de ses prérogative en matière de police
- Donner au maire un véritable pouvoir économique


Cette réflexion passe donc par un véritable débat sur le statut de Paris qui ne peut pas être absent de la future réforme territoriale. Et cette thématique doit être portée par les centristes, complétement légitime sur cette question. En effet, durant plus de 20 ans, les élus centristes parisiens ont été à la pointe de l’action publique avec, notamment le débat sur le statut de Paris en 1975 créant un maire à Paris..

14/01/2016

Commerces de proximité : la ville de paris semble, enfin, s’y intéresser !

FullSizeRender (7).jpgLe Conseil de Paris a lancé l'élaboration du Contrat de Revitalisation artisanale et Commerciale (CRC). Ce nouvel outil contribuera à la sauvegarde et au développement du commerce et de l’artisanat de proximité dans plusieurs quartiers du 12e : Daumesnil-Montgallet et Saint-Mandé-Picpus.


Enfin ! Après avoir négligé durant des années le commerce de proximité, la ville de Paris semble s’y intéresser. Ce dispositif permettra à la Ville de Paris de réaliser la préemption de locaux commerciaux et la réimplantation de commerces et d’artisans dans les zones géographiques les plus concernées par la disparition des commerces, la vacance prolongée de locaux commerciaux, ou la mono-activité, notamment dans les quartiers populaires.
En effet, d’importants recoupements apparaissent entre ces secteurs et les périmètres situés en Politique de la ville, dans les quartiers GPRU et aux portes de Paris. Une intervention dans ces secteurs est dès lors primordiale.
La Ville de Paris propose ainsi de participer en ligne, jusqu'au 10 février 2016, à la co-construction de ce nouveau dispositif en parallèle des réunions publiques de concertation dans les mairies d’arrondissement concernées par les périmètres.

IMG_4478.jpgPour le 12e arrondissement, cette réunion aura lieu le mardi 9 février 2016 à 18h30 en salle des fêtes de la Mairie.
L’objectif de ce formulaire est que les habitants participent à l’identification des différentes problématiques liées au commerce dans les périmètres concernés : les éventuelles carences, la vacance commerciale, ou les surreprésentations de certaines activités qui ne contribuent pas à l’animation des quartiers.
À l’issue de la concertation, un bilan sera réalisé qui permettra d’alimenter le cahier des charges du futur contrat de revitalisation commerciale. La procédure d’attribution du contrat sera lancée au printemps prochain. Il est cependant regrettable qu'à aucun moment, le digital n'est été pris en compte. L'expérience réalisé dans le 9eme arrondissement avec le concept "Ma rue connectée" est très intéressante. Cela montre malheureusement bien le décalage entre les élus et les attentes des habitants.

Pour mémoire, voici nos propositions pour le commerce de proximité :
Promouvoir le commerce de proximité en créant une commission extra-municipale pour le commerce et l’artisanat qui se réunira une fois par trimestre à la mairie du 12ème. Lutter contre la monoactivité par le biais des permis de construire et du droit de préemption.

IMG_7576.jpgInutile de rappeler la nécessité de nos commerces de proximité, fédérateurs en matière sociale et économique.
Il ressort une attente forte de ces commerces par les riverains, la suppression de ces boutiques de première nécessité (boutiques de bouche) est une mort à moyen terme de nos rues.
En luttant contre la mono-activité, principalement dans notre 12ème - informatique et agences bancaires - en infiltrant les commerces vitaux, nous recréerons ainsi “l’ambiance village”.
Aussi, nous devrons apporter notre aide aux jeunes sortis des écoles d’apprentissage (exemple : Ecole de boucherie – Boulevard Soult) en partenariat avec les Chambres de Commerce et des Métiers, en créant dans les secteurs du 12ème, manquant de commerces de bouche, des marchés couverts (en exemple avec celui de la Place d’Aligre – Marché Beauveau).
La Mairie doit accompagner le développement de ces “jeunes commerces” par un suivi trimestriel, assisté d’acteurs économiques (Ville de Paris – Région – Consultants).
Nous devons également apporter une aide financière et logistique aux Associations de commerçants, afin de développer l’attractivité commerciale, en particulier dans les quartiers défavorisés, avec une étude sur les places de stationnement “clientèle”.

15/12/2015

Un appel à projet pour valoriser les kiosques parisiens

5545228ac19d8kiosqie.jpgLors de la première édition du budget participatif à l’automne 2014, le projet « des kiosques pour faire la fête » a été plébiscité par les Parisiens. C’est pourquoi la Mairie de Paris a engagé la rénovation des kiosques dans les parcs et jardins pour les ouvrir pendant les beaux jours à toutes les pratiques et accueillir en plus de la musique, des activités culturelles autres (danse, théâtre, lectures, conférences…), mais aussi sportives ou pédagogiques.
L’appel à projet est ouvert aux particuliers, aux associations, aux conseils de quartiers, aux établissements d’enseignement et aux gestionnaires d’équipements culturels ou sportifs. Pourront être proposés de la musique, des pièces de théâtre, des spectacles de danse, de mime, de marionnettes, d'arts de la rue, des démonstrations et pratiques sportives, des jeux ou tout autre projet d’animation et de spectacle. Les animations ou activités proposées doivent être gratuites pour le public et non rémunérées pour les participants.
Les animations devront se dérouler pendant l’année 2016 dans un des 40 kiosques parisiens. Les projets pourront être proposés autour d’une date ponctuelle mais aussi pour des dates récurrentes toutes les semaines ou tous les mois.
Les candidatures peuvent être déposées jusqu'au 25 janvier 2016 à 14h.

Comment proposer un projet ?
Avant de proposer votre candidature, consultez la carte des kiosques et leur fiche pratique. Vous y découvrirez la disponibilité du kiosque, sa surface, son accessibilité (avec un véhicule ou non), la possibilité d'avoir des chaises, la possibilité d'avoir un raccordement électrique.
Les résultats seront communiqués début avril. Rendez-vous à partir du 15 avril pour le début des animations.
Les 4 kiosques du 12e
• Kiosque du square Trousseau
• Kiosque de la place de la Nation
• Kiosque du square Jean Morin
• Kiosque du square Courteline

07/10/2015

Grève des éboueurs à Paris : la propreté doit enfin devenir une priorité à Paris

CQsh4gTW8AAwtWW.jpgLes poubelles commencent à s’accumuler dans les rues de la moitié des arrondissements de la capitale dont le 12eme arrondissement. La grève des éboueurs de Paris, commencée lundi 5 octobre dans un arrondissement sur deux, a été reconduite mercredi. Environ 30 % des quatre mille neuf cents agents chargés de la propreté ont suivi mercredi l’appel de la Confédération générale du travail (CGT) contre le blocage des carrières et pour la revalorisation des salaires. Ils étaient 56,8 % lundi et 39 % mardi à suivre le mouvement, selon la Mairie. Lundi, la collecte n’avait pas du tout été effectuée dans cinq arrondissements et avait été perturbée dans cinq arrondissements. Quatre déchetteries avaient été bloquées dans la journée par quatre cents grévistes.

Les syndicats CGT du nettoiement, des égouts, de TAM DPE (conducteurs de benne) doivent être reçus mercredi par la Mairie pour l’ouverture de négociations sur leurs revendications. La CGT a appelé à une manifestation jeudi à 14 heures au départ de la place de la République.

Finalement  cette grève montre  la rupture profonde entre la maire de Paris et son personnel ouvrier. Il est temps que la ville engage une discussion globale afin que la propreté puisse redevenir une priorité à Paris.

24/09/2015

Les commerces de Bercy Village ouvriront le dimanche : un cinglant désaveu pour la majorité municipale parisienne et du 12eme

bercyvillage.jpgLe journal le Monde annonce aujourd’hui la création de 12 zones touristiques internationales dans Paris. Elles pourront ouvrir le dimanche et le soir juqu’à minuit. Bercy Village, dans notre arrondissement est concerné. C’est un cinglant désaveu pour la Maire de Paris et la Maire du 121eme, toujours opposées à cette ouverture. Ci-dessous, l’article du Monde

« Fin de partie. François Hollande a tranché. Lors d’ultimes arbitrages intervenus en début de semaine, l’exécutif a décidé qu’il y aurait bien douze zones touristiques internationales (ZTI) à Paris, où les commerces pourront ouvrir le dimanche et tous les soirs jusqu’à minuit. Le décret fixant ces ZTI et les critères d’éligibilité a été publié jeudi 24 septembre dans la matinée.

Ces ZTI sont issues du projet de loi adopté laborieusement mais définitivement par le Parlement le 10 juillet, qui augmente de cinq à douze le nombre d’ouvertures les dimanches autorisés dans l’année. Des ZTI, il n’y en aura pas qu’à Paris : Deauville (Calvados), Cannes (Alpes-Maritimes) et Nice sont aussi concernés.

Selon la carte de Paris, validée par le premier ministre, Manuel Valls, mercredi, ces périmètres ont subi quelques retouches après la phase de consultation achevée le 15 septembre. Ainsi les zones englobant les centres commerciaux Italie 2 (13e arrondissement de Paris) et Beaugrenelle (15e), qui avaient suscité de nombreux doutes, tant politiques que syndicaux, sur leur fréquentation internationale, sont conservées.

« J’ai même été maltraitée »

Dans le 15e, une partie de la rue Saint-Charles a été intégrée à la zone Beaugrenelle, comme l’avenue de Wagram dans la zone Maillot-Ternes (17e) En revanche, pour ne pas déséquilibrer le petit commerce local, le boulevard Barbès a été retiré du secteur Montmartre, tout comme la place de la République, sortie de la zone Marais qui a été élargie. En tout, « c’est près de 3 000 points de vente, dont plus de la moitié en surface destinée à l’équipement de la personne, qui vont pouvoir ouvrir alors qu’on était à 400, indique Claude Boulle, président exécutif de l’Union du commerce de centre-ville (UCV). C’est 10 % du commerce parisien et 5 % du territoire de la ville. »

La situation s’était tendue dernièrement. La maire de Paris, Anne Hidalgo, ayant affirmé dans Le Parisien du 4 septembre ne pas avoir « été entendue dans cette affaire par Emmanuel Macron [le ministre de l’économie]. J’ai même été maltraitée. » Elle lui avait adressé une lettre, dans laquelle, elle évoquait ce « fantasme d’une ville entièrement dédiée au consumérisme » et « une méconnaissance du tissu commercial parisien ». Les réunions de concertation « avec Bercy ont été rompues unilatéralement par le cabinet du ministre de l’économie avant l’été », affirme Mathias Vicherat, directeur de cabinet de Mme Hidalgo.

Les réunions de concertation « avec Bercy ont été rompues unilatéralement par le cabinet du ministre de l’économie avant l’été ».

Jeudi dans Le Parisien, M. Macron a répondu sans ménagement : « Si elle avait été en capacité d’ouvrir les commerces le dimanche dans les zones les plus attractives, nous n’aurions pas eu à mener cette réforme. Elle n’a pas souhaité que nous échangions. C’est son choix, ajoute-t-il. Je comprends que les équilibres politiques de la Ville de Paris aient rendu impossible pour sa maire de conduire cette évolution, mais ce n’est pas mon débat », assène-t-il.

Des bribes de pouvoir accordés à Paris

Le président de la République a donc arbitré en faveur de son ministre de l’économie sans un seul regret. Il considère que les débats sur la loi pour la croissance ont été suffisamment longs au Parlement pour permettre aux députés de Paris de se faire entendre. L’Elysée rappelle que Mme Hidalgo a été consultée par Bercy sur les ZTI ainsi que les maires d’arrondissement. Et que certains d’entre eux se sont montrés mieux disposés qu’elle sur des évolutions de l’ouverture dominicale"

17/09/2015

Se garer à Paris va-t-il coûter encore un peu plus cher ?

1148208_le-prix-des-places-de-parking-en-augmentation-web-tete-021284730301_660x440p.jpgLa Ville de Paris s'apprête-t-elle à augmenter les tarifs d'une vingtaine de parkings souterrains ? Une heure de stationnement pourrait coûter 4,60 euros. Le Conseil de Paris se prononcera à la fin du mois sur cette hausse des prix, qui pourrait entrer en vigueur le 1er juillet 2016.

 Cette hausse pourrait être de 4,60 euros de l'heure dans certains. Des délibérations doivent être présentées à la fin du mois au Conseil de Paris et indiquent que 24 conventions avec des parcs privés vont être changées. Elles permettront ainsi aux concessionnaires de revoir leurs tarifs horaires à la hausse. Pour mémoire, au mois de janvier, il y a eu une importante augmentation des tarifs du stationnement de rue : 4 euros de l'heure dans le centre de Paris, la carte de stationnement résident est devenue payante.... Et à l'époque un des arguments utilisés par la Ville, c'était de dire qu'il fallait augmenter le tarif en surface pour que ce soit plus attractif d'aller se garer en souterrain. De son côté, la ville de Paris explique qu’elle a "âprement négocié avec les concessionnaires pour que leur hausse du prix d'une heure pleine reste très limitée"….

Quoi qu’il en soit, après la hausse du prix des PV de stationnement, celle du stationnement non résidentiel et maintenant les parkings, le message donné par la mairie est, pour ceux qui en doutaient encore, on ne peut plus clair : la voiture n’est plus du tout la bienvenue dans Paris.

08/07/2015

Le marché couvert Beauvau, place d’Aligre, en partie détruit par un incendie

IMG_3290.jpgTôt  lundi matin, une partie du marché alimentaire couvert Beauvau, situé place d’Aligre, a été endommagé par un incendie. Appelés peu avant 4 heures, cinquante pompiers armés de cinq lances à incendie ont mis une heure à maîtriser le feu qui a endommagé 200 m2 sur les 2 000 m2 que compte le bâtiment mais aussi une partie de la toiture côté place d’Aligre. Le sinistre n’a fait aucun blessé. Inscrit au titre des monuments historiques, le marché Beauvau bâti en 1843 est donc fermé jusqu’à nouvel ordre.

L’incendie s’est déclaré à l’intérieur de la halle couverte chez l’un des commerçants avant de se propager à une partie la toiture et trois commerces ont été touchés.

IMG_3249.jpgJe me suis donc rendu mardi soir place d’Aligre afin de rencontrer les commerçants mais aussi les riverains. Au-delà de l’émotion que suscite cet incendie auprès des riverains du quartier, se pose aujourd’hui un vrai problème concernant l’organisation de ce marché. En effet, le marché couvert risque de rester fermé plusieurs semaines. Il va donc falloir le réorganiser. Pour mémoire ce marché est le seul de la capitale à se tenir six jours sur sept. C’est aussi pour notre arrondissement un lieu particulièrement attractif. Je souhaite que très rapidement la mairie du 12eme soit force de proposition afin que vive ce formidable marché !

25/06/2015

Le 2 juillet, 1ère édition du Pari des Libraires

document.jpgJeudi  2 juillet à partir de 16h, l’association Paris Librairies lance,  la 1ère édition du « Pari des Libraires ».

« Paris est la plus grande librairie du monde, vous avez donc à coup sûr une librairie près de chez vous. Pousser la porte d’une librairie et choisir d’y acheter vos livres, c’est construire votre ville de demain. Une ville de liens, de culture et d’échanges vivants. Une ville de liberté, de diversité. La librairie est un carrefour de rencontres et de connaissances ; choisir d’y entrer, c’est s’engager à préserver un lieu de partage, de découvertes et de conseils. C’est faire le choix de l’humain, c’est permettre un accès pour tous à la culture. Rencontres, débats, lectures, concerts, expositions, cela se passe à côté de chez vous… »

Jusqu’à la nuit tombée, se tiendra ainsi, dans plus de 80 librairies indépendantes parisiennes, dont 5 dans le 12e, un évènement convivial promouvant l’activité de ces professionnels.

Pour sa première édition, le Pari des Libraires a pour thème la Liberté, valeur fondatrice de la librairie indépendante.

Librairies du 12e participant à l’opération

  • L’ARBRE À LETTRES - 62, rue du Fbg St-Antoine  - 01 53 33 83 23
  • CHARYBDE- 129, rue de Charenton - 09 54 33 05 71
  • GLADIEUX – AUTANT EN EMPORTE LE VENT - 80, rue du Rendez-Vous - 01 43 40 41 40
  • LA TERRASSE DE GUTENBERG - 9, rue Emilio Castelar - 01 43 07 42 15
  • LIBRAIRIE LA BRÈCHE - 27 rue Taine - 01 49 28 52 44

Suivez l’événement et découvrez les librairies de votre quartier sur www.costo.paris , le réseau des commerçants connectés.

10/06/2015

La propreté dans le 12eme et dans le Bois de Vincennes n’est visiblement pas l’une des priorités de la majorité municipale

propreté1.jpgIl suffit de faire une petite balade dans nos rues pour mesurer combien la politique de prévention contre les incivilités a du mal à porter ses fruits. Partout, même constat : sacs poubelle abandonnés, papiers dans les caniveaux, déjections canines, absences de poubelles, déchetteries auprès des arbres… . À Paris, la propreté est un sujet brûlant. Elle doit être placée au cœur des priorités municipales. Et que dire du Bois de Vincennes….. D’ordinaire, ce magnifique bois est souvent confronté à des problèmes de propreté. Mais ce week-end, nous avons atteint un niveau jamais égalé… Ce week-end se déroulait dans le bois de Vincennes le Weather festival, un événement dédié à l’électro. Cet évènement ne me pose aucun problème. Ce qui me pose problème c’est le Propreté2.jpgmanque d’anticipation de la Mairie de Paris et du 12eme concernant la gestion de la propreté.  Le constat est édifiant : des immondices répandues dans tout le parc par les corbeaux à partir du Vendredi, Le lundi matin, le parc de Vincennes est dans un état lamentable. Les riverains se plaignent ainsi que les agents de nettoyage aussi. Autre conséquence directe : des animaux du lac (poissons, canards) meurent en raison de la présence des plastiques qui terminent dans l’eau.

Propreté4.jpgLes poubelles fermées ne sont pas assez volumineuse et pas assez nombreuses pour absorber tous les déchets que produisent l’ensemble de habitants d’Ile-de-France qui viennent pique-niquer et faire la fête dans le Bois de Vincennes le week-end. Sans parler des fêtes organisées par la pagode bouddhique. Enfin, des panneaux indiquant qu’il ne fallait pas déposer les poubelles autour des bacs ont été retirés par au prétexte qu’ils étaient inesthétiques. Les élus trouvent-ils que ces déchets répandus dans tout le parc le sont davantage ?

Propreté5.jpgPlusieurs solutions existent pour éviter ce genre de désagrément :

- Mettre davantage de poubelles fermées (à l’abri des becs des corbeaux) 

- Interdiction de laisser des poubelles hors des molochs prévus à cet effet avec éventuellement un panneau indicateur

- Amende éventuelle en cas de non respect (ce qui suppose une équipe pour verbaliser)

- Mobilisation des agents de nettoyage pour faire de la pédagogie auprès des personnes qui organisent des pique-niques (avec distribution de prospectus comportant des photos du résultat le lundi matin ?)

 Nous l’avons affirmé durant la campagne des élections municipales : la propreté doit être une priorité. Cela reste un vrai problème à Paris. Dans le 12eme arrondissement, partout de nombreux dépôts d’ordures. Bien sûr, l’incivilité est la première cause de ces désordres. Cependant, nous pouvons nous poser la question de l’efficacité des services de propreté de la Ville. Si les agents font correctement et sérieusement leur métier, les choix de la majorité municipale et de la Direction au niveau de l’Hôtel de Ville sur la façon de fonctionner, n’est visiblement pas efficace. Depuis des mois, nous réclamons la création d’un service local de propreté. Il n’est par exemple pas illusoire que les habitants du 12eme puissent, à tout moment, prévenir la mairie d’arrondissement d’un dysfonctionnement et qu’un élu se déplace pour constater et agir… La propreté de nos quartiers doit être une priorité, comme elle l’était il y a plus de 10 ans, dans tout Paris.

Merci à Alexis Trouillas pour ses photos, son alerte sur cette situation dans le Bois de Vincennes.et ses propositions.

08/06/2015

Projet d’installation de l’université Sorbonne Nouvelle –Paris3 dans le 12eme : une bonne nouvelle pour notre arrondissement et l’Est Parisien

482125363.pngCe soir se déroule une réunion d’information concernant le futur projet d’installation de l’université Sorbonne Nouvelle –Paris3 dans notre arrondissement. Dans une note en date du mois d’octobre 2013 puis de mars 2015, nous nous félicitions de l’annonce du déménagement de l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, dans notre 12eme arrondissement. L'université va déménager à la rentrée 2018 dans des locaux neufs dans le 12e arrondissement de Paris. Ce bâtiment sera construit sur un terrain appartenant actuellement au ministère de l’agriculture. C’est donc un campus innovant et écologique de près de 35 000m² de surfaces nouvelles (SHON) qui sera construit au cœur du 12eme arrondissement répondre aux besoins de développement d’une université d’arts, lettres et langues et Sciences Humaines et Sociales Humaines et Sociales. Ce projet repose sur un plan de financement validé de 135 millions d’euros qui associera l’État et la Région Ile de France dans le cadre d’une maîtrise d’ouvrage publique. C’est l'architecte Christian de Portzamparc qui a été désigné le 22 septembre 2014 lauréat du concours pour la construction du pôle Nation de l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Cette prochaine arrivée va devenir un atout pour tout un quartier !

Le 12eme ne sera pas le seul bénéficier de ces déménagements.

En effet, la migration des universités et des écoles du Quartier latin vers l'Est parisien s’accèlere. D'ici à fin 2018, une grande partie des sciences humaines et sociales doivent aussi (dans le cadre du campus Condorcet) déménager à Aubervilliers et porte de la Chapelle. En discussion depuis des années, les deux projets entraîneront un déplacement de milliers d'étudiants et enseignants-chercheurs du centre de Paris vers l'Est parisien et le 93. Le projet Condorcet est le plus colossal des deux. Le campus sera installé sur 180.000 m2 de locaux des deux côtés du périphérique : une partie sur une surface de 1 hectare à Paris ; l'autre, sur 6 hectares, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Il accueillera une dizaine d'établissements dont une partie de la célèbre fac Panthéon-Sorbonne (Paris I), ainsi que les prestigieuses Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Ecole pratique des hautes études (EPHE) et Ecole nationale des chartes. L'Institut national des études démographiques (Ined) et des laboratoires du CNRS seront également transférés à Condorcet. Après des années de polémiques, le campus est aujourd'hui sur les rails, avec un objectif clairement affiché : devenir un poids lourd (national et international) de la recherche en sciences sociales et humaines. Originalité, le projet Condorcet comprend plusieurs chantiers qui seront réalisés à la fois en partenariat public-privé et en maîtrise d'ouvrage publique suivant les équipements. La Région Ile-de-France apporte 148 millions d'euros, notamment pour la construction de la bibliothèque et d'un bâtiment pour l'EHESS. Reste maintenant à créer une dynamique commune avec l’université afin que l’ensemble de notre arrondissement profite de cette arrivée. Ce seront 18 000 étudiants qui, chaque jour, viendront dans le 12eme. Il faudra donc accompagner ce projet pour que les habitants et les commerçants soient, eux aussi, complétement concernés.