Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2017

Le projet BERCY-CHARENTON: une idée pharaonique sans visibilité, un ghetto entre rails, Seine et périphérique

Rappel du contexte politique :

bercy_charenton.jpgA Paris plus de 70 000 logements sociaux ont été créés de 2001 à 2014, presque en totalité par préemption. Ce chiffre doit doubler dans la prochaine mandature municipale. L’objectif affiché de la Mairie de Paris était d’atteindre dès 2014  le seuil des 20 %  fixés par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU). La mairie s’est maintenant fixé l’objectif d’atteindre les 30 %. Les préemptions continuent pour pallier au manque de foncier disponible dans Paris. Dans notre arrondissement nous avons eu 220 immeubles préemptés pour 3785 appartements transférés du parc privé au parc de logements sociaux de la Ville de 2001 à 2014, et cela continue !

Le discours de la mixité est toujours présent dans les thèmes de la Mairie pour nous expliquer que le projet est équilibré entre les différents intervenants sur la zone, en ce qui concerne les activités, les commerces et les logements. La mixité s’entend aussi pour nous comme une exigence sociale avec un équilibre à trouver entre les populations, pour permettre une harmonie sociale, ce dont la Mairie ne s’occupe pas.

Le site dit de Bercy-Charenton doit délivrer 4000 logements dont 60 % de logements sociaux dans la zone de Bercy déjà largement pourvue.

Ce projet comprend l’édification de trois tours dont une de grande hauteur réunies sur une petite surface de 13 hectares. La distribution des logements sociaux entre les différents bâtiments de la ZAC n’est toujours pas communiquée.

Il s’agira donc de tours qui auront vocation à devenir des tours ghettos comme cela se faisait dans les années 1960, et qui ont été détruites, pour la plupart, depuis.

Nous comprenons bien que la Mairie socialiste de Paris a une politique de récupération d’électeurs au moyen de la gestion du foncier. En construisant ou en récupérant par préemption des logements sociaux, la Mairie favorise ce qu’elle estime être sa clientèle potentielle, et favorise la hausse des loyers et le départ des classes moyennes. En effet, la Mairie ne produisant par préemption pas ou très peu de logements de type intermédiaires, les ménages qui ont des revenus supérieurs aux plafonds HLM sont obligés de se loger dans le privé qui devient extrêmement concurrentiel et dont les loyers montent sans cesse.

La gauche favorise ainsi directement la hausse des prix de l’immobilier… et le départ de ceux qui ne peuvent plus se loger… et donc le départ de ceux qu’elle considère comme trop « riches » pour pouvoir se loger…  

Cela étant 60 % de logements sociaux c'est-à-dire 2400 logement sociaux dans le prolongement de la rue Baron Le Roy c’est beaucoup, compte tenu du nombre de logements sociaux existants et des logements assimilés des autres bailleurs dans le quartier ; de plus, la possibilité d’affecter des logements sociaux dans des tours n’effraie pas la Mairie de Paris, malgré les nombreux problèmes que cela pose, dixit Madame Hidalgo.

Le promoteur indiquait d’ailleurs que le mélange des genres, à savoir logements et bureaux, hôtels n’est pas facile à réaliser ! On le comprend !

IMG_0273.JPGNous nous trouvons devant un projet qui ne répond pas aux attentes des citoyens pour des raisons diverses et variées :

- Des constructions de grandes tours. Les citoyens ne sont pas favorables pour de multiples raisons à l’édification de ces constructions, malgré une concertation avec les habitants. Les pétitions et les associations qui se prononcent contre le projet le prouvent.

- Des logements sociaux dans des immeubles de grande hauteur. Des logements sociaux seront construits dans ces tours de moyenne ou de grande hauteur avec tous les problèmes sociaux et sécuritaires dus aux effets de concentration.

- L’ignorance des critères intégrants de la mixité sociale ; s’agissant d’une mairie socialiste qui intervient sur l’opération c’est quand même très préoccupant !

- Une inadéquation avec les besoins du quartier. La désaffection des entreprises pour la location de bureaux dans le quartier est connue de tous avec le triste exemple de l’immeuble Zeus ou Lumière, présent sur le site, qui peine depuis des années à trouver des entreprises locataires de ses bureaux.

- La trentaine d’ateliers d’artisanat et de commerce qui occupe l’ancienne gare souterraine appelée aujourd’hui la Halle Râpée Inférieure devra cesser son activité sans pouvoir, pour nombre d’entre eux, retrouver des baux accessibles. Certains seront obligés de rejoindre l’ANPE. Les artisans du site ont constitué le collectif Baron Le Roy.

- La mise en place d’un projet de construction pharaonique sans visibilité commerciale pour les surfaces de bureaux entre rails Seine et périphérique n’améliorera pas la qualité de vie du quartier. L’augmentation de la densité de population au mépris de la mixité sociale est projetée pour des raisons électorales car notre arrondissement est un enjeu sensible à Paris.

Des inconvénients de toutes natures sont également à relever avec des constructions hautes, à savoir :

  1. Un coût élevé de construction ce qui est paradoxal compte tenu de certains investissements nécessaires non réalisés par la Mairie en matière d’urbanisme (projet de couverture du périphérique). En moyenne, le coût de la construction en France d'un bâtiment (hors logement) s'établit à 1.283 euros HT/m2, selon les données de l'Insee. Mais, contrairement à ce qu'on pourrait penser, il n'y a pas d'économie d'échelle avec les grandes tours. C'est même tout le contraire. Plus on construit haut, plus cela coûte cher. Construire deux tours de 50 mètres coûtera ainsi presque deux fois moins cher qu'une seule tour de 100 mètres.
  1. Un gaspillage énergétique dans une période plutôt axée sur les économies en la matière. Des constructions de grandes hauteurs ne répondent pas aux critères écologiques élémentaires en matière de construction et ne correspondent pas à une utilisation écologique satisfaisante des locaux par les résidents.
  1. Le problème est aussi également économique car il faut que le projet présente des perspectives viables en termes d’occupation pour justifier de son utilité. A la Défense, qui concentre la plus grande partie des grandes tours de la région Ile-de-France, le m2 est plus cher qu'à la périphérie de Paris. Les charges dans ces grands édifices, très énergivores, découragent aussi plus d’un propriétaire ou plus d'une entreprise. Ensuite, il faut vérifier si le marché est porteur, ce qui ne semble pas être le cas, malgré la fameuse théorie du rééquilibrage est/ouest vantée par la Mairie.
  1. Des difficultés de circulation des personnes, posant problème pour leur évacuation et l'accès des secours. Les architectes reconnaissent que la cohabitation de logements et de bureaux dans des édifices verticaux est problématique (problème soulevé dès 1974 dans le film La Tour infernale et vérifié lors des attentats du World Trade Center, le 11 septembre 2001). Cette préoccupation existera tant que l’on ne connaitra pas l’affectation des logements sociaux dans la ZAC.
  1. Une modification climatique sur les quartiers avec des vents turbulents et des problèmes dus à l’ombrage porté par ces immeubles sur leurs voisins.
  1. Une utilisation moins efficace de l'espace après 5 à 7 étages due à des espaces nécessaires aux services (escaliers, ascenseurs, gaines de ventilation, gaines électriques, toilettes, etc.).
  1. Une coordination difficile à réaliser et coûteuse s’agissant d’édifier des étages résidentiels et de bureaux dans les mêmes immeubles.

Parc-de-Bercy-©-Philippe-Charles.jpgNous sommes également devant un projet d’arrondissement qui ne s’inscrit pas dans le marché et qui présente des insuffisances notoires, au niveau de la Ville, de l’Arrondissement et au niveau de la circulation parisienne, à savoir :

-  Mise en place d’un projet qui ne répond pas à une demande matérialisée par des études rendues publiques sur le secteur Est de Paris en termes de location de bureaux. Les slides de présentation notait au sujet de l’ingénierie économique que la question de la génération de la valeur et l'équilibre de la relation coût-gain sont des fondamentales. Il s’agit donc d’un projet qui ne doit pas coûter à la Mairie et, qui doit pour cela, être rentable en termes d’occupation et attirer les investisseurs. Cela veut dire aussi que les fonds publics ne sont pas là et qu’il faudra se débrouiller avec les investisseurs.

Ces indications disponibles sur le marché ne devraient pas permettre la réalisation d’un projet de bureaux d’une ampleur de 215 000 m2, qui représente globalement la totalité de l’offre hors Paris Centre Ouest. De plus construire 215 000 m2 de bureaux dans un secteur qui concentre une offre inférieure à 30 000 m2 (12 et 13ème arrondissement compris) est un pari sur l’avenir bien hasardeux.

Le nombre de m2 de bureaux proposé à l’offre dans le projet est donc en inadéquation avec le marché, ce qui aura une conséquence sur la rentabilité de l’opération.

La Ville de Paris qui s'est engagée dans un processus global d'études et de concertation depuis 2010 sur le projet Bercy-Charenton devrait revoir sa copie en regard des possibilités réelles du marché en matière de location de bureaux. En face d’un échec prévisible la Ville pourra toujours convertir les bureaux non occupés en logements sociaux pour améliorer ses scores électoraux car cela elle sait faire !

- Nous remarquons également qu’une offre de qualité en bureaux ne se réalise pas dans un secteur de logements sociaux. L’importance du nombre de logements sociaux dans le secteur créera des ghettos qui ne sont souhaités par personne, et le mélange de logements sociaux et de bureaux n’est pas un critère favorisant l’opération.

En principe les tours donnent dans le haut de gamme avec bureaux, hôtels et logements de luxe pour assurer une meilleure rentabilité.

Nous sommes également devant un projet d’arrondissement qui ne s’inscrit pas dans une perspective de développement dans le cadre du Grand Paris ou de Paris Métropole. Le projet ne s’inscrit pas, de plus, dans le marché et présente des insuffisances notoires, au niveau des besoins de développement économique de l’arrondissement, en regard de son intégration dans le quartier, en matière de voirie sur site, et dans une perspective de fluidité de la circulation du futur Grand Paris, à  savoir :

- Pas de réfection de l’échangeur de la porte de Bercy qui nécessite une reconfiguration générale pour des raisons de fluidité de la circulation.

- Une forte densité de circulation sur la rue Baron Le Roy avec un goulot d’étranglement sur la place Lachambaudie avec le tunnel de la rue Proudhon accessible sur une seule voie.

- L’intégration dans le projet du quartier touristique du Cour Saint-Emilion et du Musée des Arts Forains n’est pas réalisée dans le projet. Le quartier d’affaires et le quartier social que la Mairie veut créer étoufferont le quartier touristique de Saint-Emilion.

- Aucune voie de bus nouvelle ne pénètre dans le nouveau quartier pour le relier au cœur de Paris ou assurer les transferts entre Bercy et Charenton.

- Les passerelles sur voies ferrées se présentent comme des zones potentielles fortes d’insécurité.

- L’absence d’une passerelle sur la Seine entre Charenton et Ivry est observée et réclamée par les riverains.

- L’absence de nouveaux parkings publics dans un tel quartier de commerces et de bureaux sera un handicap pour le développement de l’activité du nouveau quartier. Ces problèmes de parking sont récurrents sur Bercy-Saint-Emilion compte tenu des activités de l’Arena de Bercy, de la Cinémathèque et de la future salle de sport à construire (projet adjacent à l’Arena).

Les slides de présentation de la réunion du 28 novembre 2011 de la Mairie nous avaient annoncé « un processus participatif = durabilité » ! Le projet Bercy-Charenton n’est pas un projet de ville mais un projet politique totalement irréaliste qui ne correspond pas aux critères essentiels qui doivent s’élaborer pour la construction d’un nouveau quartier durable. Un quartier durable est un quartier qui vit une triple mixité : mixité d’usage, mixité sociale et mixité générationnelle. Pour l’instant le projet ne met en avant que la seule mixité d’usage.

Est aussi généralement qualifié de durable, un quartier dit vert, comportant des logements neufs, chauffés majoritairement aux énergies renouvelables, des bureaux HQE, et des espaces publics généreux. Dans ce domaine, malgré quelques efforts du promoteur pour relier les parties vertes, les constructions hautes seront inadaptées car énergivores.  

Le projet Bercy-Charenton n’est pas un projet viable qui peut convaincre de nombreux investisseurs dans l’immobilier d’entreprise compte tenu du marché de bureaux dans la capitale. Le « financement du projet et sa livraison dans le temps aura un impact sur sa forme physique » nous annonce-t-on également ce qui veut dire que si les investisseurs ne répondent pas présents le projet sera graduellement amputé de certaines de ses composantes pour s’adapter aux montants des financements. Cela signifie aussi que le projet devra faire l’objet d’une réalisation rapide (immeubles de grande hauteur) pour permettre aux investisseurs d’avoir un retour rapide sur financement et éviter de s’endetter dangereusement.

La Mairie qui préempte une quantité importante de vieux appartements et de vieux immeubles pour en faire des logements sociaux ne peut plus réaliser des projets de quartiers nouveaux (voirie, équipements) faute des fonds nécessaires compte tenu de l’état de ses finances. La Mairie qui remplace les promoteurs privés à l’occasion de ces préemptions ne dispose plus de la puissance financière nécessaire à  l’édification de quartiers nouveaux ce qui est regrettable et pose la question de l’orientation de la politique de l’habitat de la Ville.   

09/12/2016

Un mois de novembre sur le terrain !

Quartier de la Nation, Daumesnil, Bercy, Porte Dorée, Gare de Lyon.... Depuis longtemps, je suis avec mon équipe sur le terrain afin d'aller à la rencontre des habitants du 12eme. Plus que jamais, c’est sur le terrain, en étant présent et avançant des idées innovantes que nous pourrons, demain, proposer une véritable alternative. Face à la crise actuelle, il est donc important de créer, dès à présent, dans nos arrondissements, une dynamique commune. Enfin, c’est en s’ouvrant sur la société civile, représentative de nos quartiers, travaillant depuis longtemps aux côtés des habitants, des associations et éloignée de tous calculs politiciens, que nous pourrons proposer un nouveau choix pour le 12eme et Paris avec des hommes et des femmes ancrés dans l’arrondissement

FullSizeRender (13).jpgFullSizeRender (15).jpgIMG_2344.jpgIMG_2414.jpgFullSizeRender (14).jpgFullSizeRender (16).jpgIMG_2605.jpgIMG_2756.pngIMG_2608.jpgIMG_2757.jpg

15/12/2015

Un appel à projet pour valoriser les kiosques parisiens

5545228ac19d8kiosqie.jpgLors de la première édition du budget participatif à l’automne 2014, le projet « des kiosques pour faire la fête » a été plébiscité par les Parisiens. C’est pourquoi la Mairie de Paris a engagé la rénovation des kiosques dans les parcs et jardins pour les ouvrir pendant les beaux jours à toutes les pratiques et accueillir en plus de la musique, des activités culturelles autres (danse, théâtre, lectures, conférences…), mais aussi sportives ou pédagogiques.
L’appel à projet est ouvert aux particuliers, aux associations, aux conseils de quartiers, aux établissements d’enseignement et aux gestionnaires d’équipements culturels ou sportifs. Pourront être proposés de la musique, des pièces de théâtre, des spectacles de danse, de mime, de marionnettes, d'arts de la rue, des démonstrations et pratiques sportives, des jeux ou tout autre projet d’animation et de spectacle. Les animations ou activités proposées doivent être gratuites pour le public et non rémunérées pour les participants.
Les animations devront se dérouler pendant l’année 2016 dans un des 40 kiosques parisiens. Les projets pourront être proposés autour d’une date ponctuelle mais aussi pour des dates récurrentes toutes les semaines ou tous les mois.
Les candidatures peuvent être déposées jusqu'au 25 janvier 2016 à 14h.

Comment proposer un projet ?
Avant de proposer votre candidature, consultez la carte des kiosques et leur fiche pratique. Vous y découvrirez la disponibilité du kiosque, sa surface, son accessibilité (avec un véhicule ou non), la possibilité d'avoir des chaises, la possibilité d'avoir un raccordement électrique.
Les résultats seront communiqués début avril. Rendez-vous à partir du 15 avril pour le début des animations.
Les 4 kiosques du 12e
• Kiosque du square Trousseau
• Kiosque de la place de la Nation
• Kiosque du square Jean Morin
• Kiosque du square Courteline

30/11/2015

Dans le quartier de Reuilly pour échanger avec les habitants et les commerçants

Image-1 (2).jpgSamedi je me suis rendu dans le quartier de Reuilly, dans les rues de Reuilly, Erard, Sergent Bauchat et boulevard Diderot. A cette occasion, j’ai pu rencontrer de nombreux riverains et habitants. Au cours de ces échanges, de nombreux sujets ont été abordés : les problèmes de circulations et de stationnement, l’avenir du marché Saint Éloi aujourd’hui en mal d’attractivité, la sécurité… Les problèmes de sécurité sont de plus en plus en plus nombreux. Ils restent persistants dans l’ilot Saint Eloi et place Maurice de Fontenay. Rue de Reuilly, de nombreux commerçants mais aussi riverains ont évoqué le marché Saint Éloi. Beaucoup souhaite le revitaliser. C’est effectivement une ambition pour le quartier qui ne possède pas d’autres marchés. De plus, celui-ci existe depuis des décennies et doit être modernisé afin d’attirer le maximum d’habitants. Une vraie réflexion avec les commerçants de la rue de Reuilly, le conseil de quartier, les riverains doit se mettre en place et proposer un espace commercial digne de ce nom. Je suis allé visiter un nouveau commerçant qui vient de s’installer près de la place Montgallet. J’en ai profité pour rencontrer des riverains de la rue de Reuilly. Ce quartier doit retrouver sa dynamique mais aussi sa fluidité notamment dans la circulation à l’approche de la place Félix Eboué. C’est en tout le cas le souhait de nombreux acteurs locaux rencontrés.

Image-1.jpgAutre sujet : le haut du boulevard Diderot, entre la rue de Reuilly et la place de la Nation. Cette partie du boulevard reste déserte en terme d’activité, malgré la présence de très nombreux riverains. Si la rénovation du boulevard est une bonne chose, nous pouvons constater qu’aucune réflexion n’a été menée sur la façon de créer une dynamique locale.
Square Saint Charles (rue de Reuilly) je me suis entretenu avec des gardiens sur l’ambiance du quartier. Concernant la vie locale de ce quartier, nous pourrions mettre en place souhaitons mettre en place une prestation de services appelée « Animation Locale », destinée à soutenir le développement de la vie sociale là où existe une forte demande des familles, des jeunes. La prestation pourrait financer des structures du type d'associatives dont les projets de proximité : répondent à la participation locale dans une approche collective, favorisent les solidarités de voisinage, les relations entre générations, les liens sociaux et familiaux, les échanges sociaux : s’inscrivent dans un enchaînement d’actions avec un fil conducteur, une dynamique et s’inscrivent dans la durée et prévoient une diversité et un enchaînement d’actions ouvertes à toutes les familles.
Plus que jamais, c’est sur le terrain, en étant présent et avançant des idées innovantes que nous pourrons, demain, proposer une véritable alternative. Face à la crise actuelle, il est donc important de créer, dès à présent, dans nos arrondissements, une dynamique commune. Enfin, c’est en s’ouvrant sur la société civile, représentative de nos quartiers, travaillant depuis longtemps aux côtés des habitants, des associations et éloignée de tous calculs politiciens, que nous pourrons proposer un nouveau choix pour le 12eme et Paris avec des hommes et des femmes ancrés dans l’arrondissement

26/10/2015

Samedi sur le terrain dans le quartier de la porte de Charenton

IMG_5120.jpgSamedi, je suis allé à la rencontre des commerçants et des riverains de la rue de Charenton, du boulevard Poniatowski et de la rue de Wattignies. Beaucoup d’échanges et de rencontres ! Nous avons également évoqué les problèmes du quartier : avenir de la petite ceinture, attractivité….Et si je suis partisan de la transformation de la petite ceinture en promenade plantée, c'est justement pour redonner à ce quartier une nouvelle dynamique. En effet, cette transformation serait bénéfique notamment grâce à une entrée sur cette coulée verte au niveau de la rue Claude Decaen. Après plus de 10 ans d’inaction de l’éuipe municipale, il est temps de passer aux actes…Bref, dans les mois à venir, nous allons devoir réfléchir ensemble et en concertation sur l'avenir de tout ce quartier.

IMG_5121.jpgQuartier familial par excellence, il est aussi frappant de constater l’augmentation de l’insécurité. De nombreux commerçants m’ont informé d’une situation de plus en plus dégradée. Avec les problèmes de propreté et de stationnement, la sécurité reste une priorité pour améliorer la vie de nos quartiers. La foire du Trône est aussi une nuisance directe pour tout le quartier. Les riverains, mais aussi les commerçants, sont pénalisés durant plusieurs semaine : stationnement anarchique, circulation impossible… Et en prime, cette année, les travaux pour la réalisation du tramway Bd Poniatowski et Porte Dorée… . La mairie du 12e se félicite de la tenue de cette fête et nous explique sur son site tous les moyens mis en œuvre pour renforcer la sécurité, organiser la circulation…. Nous pensons que la Foire du Trône ne doit plus se tenir sur la Pelouse de Reuilly. Nous sommes, de façon plus générale, favorable à une vraie politique novatrice pour le Bois de Vincennes dans lequel la Pelouse de Reuilly aurait toute sa place.Si les rues en liens immédiates avec la place Félix Eboué sont animées et attractives, il est flagrant de constater le manque de dynamisme notamment rue de Wattignies. En effet, celle-ci n’est plus cette artère attractive qu’elle était : perte du commerce de proximité, projets d’aménagements contestables… . C'est pourquoi je suis favorable à une requalification de l'ensemble du quartier (rue de Wattignies, avenue Michel Bizot, rue de Charenton). Et si je suis partisan de la transformation de la petite ceinture en promenade plantée, c'est justement pour redonner à ce quartier une nouvelle dynamique.

IMG_5095.jpgAu cours de notre visite il était une nouvelle fois flagrant de constater le manque de propreté des rues. Ce n’est, malhereusement, pas le seul quartier de notre arrondissement. La propreté doit être une priorité. Cela reste un vrai problème à Paris. Dans le 12eme arrondissement, partout de nombreux dépôts d’ordures. Bien sûr, l’incivilité est la première cause de ces désordres. Cependant, nous pouvons nous poser la question de l’efficacité des services de propreté de la Ville. Si les agents font correctement et sérieusement leur métier, les choix de la majorité municipale et de la Direction au niveau de l’Hôtel de Ville sur la façon de fonctionner, n’est visiblement pas efficace. Depuis des mois, nous réclamons la création d’un service local de propreté. Il n’est par exemple pas illusoire que les habitants du 12eme puissent, à tout moment, prévenir la mairie d’arrondissement d’un dysfonctionnement et qu’un élu se déplace pour constater et agir… La propreté de nos quartiers doit être une priorité, comme elle l’était il y a plus de 10 ans, dans tout Paris.

28/09/2015

Samedi sur le terrain pour évoquer les problèmes du quartier de Bercy avec les riverains

IMG_4633.jpgSamedi, j’ai passé une grande partie de la matinée dans le quartier de Bercy en allant à la rencontre des commerçants et des habitants du quartier de Bercy (rue de Bercy, rue Pommard, place Lachambeaudie, rue de Chablis, rue de Dijon). De très nombreuses questions ont été évoqués : nuisances du POPB, circulation rue de Pommard et boulevard de Bercy, aménagements urbains, propreté des rues (et du parc de Bercy dans un état déplorable…), sécurité... Si les habitants rencontrés sont satisfaits de leur quartier, nombreux d’entre eux s’interrogent sur les évolutions à imaginer et notamment en raison du projet Bercy-Charenton. De plus, la propreté mais surtout les problèmes de sécurité sont en net augmentation. Beaucoup de riverains souhaitent aussi une évolution du marché situé place Lachambeaudie, un meilleur flux de circulation et de stationnement, une nouvelle dynamique pour le paIMG_4579.jpgrc de Bercy ou bien encore une restructuration du boulevard de Bercy avec le tunnel. Les travaux du nouveau POPB appelé dorénavant Bercy Aréna ont aussi été évoqués. Inaugurée en 1984, cette enceinte avait effectivement besoin d’être modernisée et adaptée. Le seul problème, mais de taille : aucun parking n’a été prévu pour accueillir les 20 000 spectateurs. De plus quel sera le plan de circulation autour du site ? Le quartier est déjà complétement congestionné lors d’évènements. Vingt mille personnes dans un quartier sans parking, presque tous les tous les soirs, les riverains risquent de souffrir… Concernant les travaux de la ligne 14 : on continuera à voir les voyageurs de la gare de Bercy se « transporter », boulevard de Bercy, avec leurs valises en surface pour prendre le métro ou la 14. Il manque cinquante mètres de couloir de type RATP pour permettre la liaison voyageur en site couvert. Depuis 2001 le problème n'est toujours pas réglé.Il est de plus dommage de constater que quelques commerces ont été obligés de fermés durant les travaux…sans aucune concertation avec la mairie du 12eme.

Vers la place Lachambeaudie, le sujet de l’ouverture des magasins le dimanche a été évoqué avec des habitants. Je suis à cet effet favorable à la création d’une zone PUCE à Bercy Village et, parallèlement, au lancement IMG_4634.jpgd’une dynamique dédié aux commerces de proximité. C’est la raison pour laquelle, je suis extrêmement satisfait de la décision du gouvernement d’autoriser  douze zones touristiques internationales (ZTI) à Paris, où les commerces pourront ouvrir le dimanche et tous les soirs jusqu’à minuit. Le décret fixant ces ZTI et les critères d’éligibilité a été publié jeudi 24 septembre. Parmi ces 12 zones, figure Bercy Village. C’est une très bonne nouvelle pour le quartier…et un désaveu cinglant pour la majorité municipale du 12eme qui s’est toujours opposée à l’ouverture du dimanche.

Je me suis ensuite rendu dans le parc de Bercy afin de participer à la fête des jardins.

Plus que jamais, c’est sur le terrain au cœur de nos quartiers, loin de toute agitation, et en mettant en avant un projet et des idées innovantes que nous pourrons, demain, proposer une véritable alternative.

21/09/2015

Samedi sur le terrain dans le quartier de Reuilly

terrain1.jpgSamedi, j’ai passé la matinée dans le quartier de Reuilly et de la Gare de Lyon, dans les rues de Reuilly, Érard, Charenton, avenue Daumesnil et boulevard Diderot. J’ai rencontré de nombreux habitants mais aussi commerçants. Au cours de ces échanges, de nombreux sujets ont été abordés : les problèmes de circulations et de stationnement, l’avenir du marché Saint Éloi aujourd’hui en mal d’attractivité, la sécurité… Les problèmes de sécurité sont de plus en plus en plus nombreux. Ils restent persistants dans l’ilot Saint Eloi et place Maurice de Fontenay. Rue de Reuilly, de nombreux commerçants mais aussi riverains ont évoqué le marché Saint Éloi. Beaucoup souhaite le revitaliser. C’est effectivement une ambition pour le quartier qui ne possède pas d’autres marchés. De plus, celui-ci existe depuis des décennies et doit être modernisé afin d’attirer le maximum d’habitants.Une vraie réflexion avec les commerçants de la rue de Reuilly, le conseil de quartier, les riverains doit se mettre en place et proposer un espace commercial digne de ce nom.

terrain2.jpgDans l’après midi je me suis rendu aux Journée Européenne du Patrimoine dans notre arrondissement. D’abord au musée des Arts Fprains dans le quartier de Bercy puis au tunnel des artisans, au bout de la rue Baron Le Roy. Pour cette nouvelle édition, de très nombreux parisiens avaient fait le déplacement pour découvrir ces lieux magiques.

Plus que jamais, nous allons à la rencontre des habitants et forces vives de notre arrondissement. Cette démarche, à travers nos quartiers,  est le cœur de notre action pour préparer demain, un arrondissement toujours plus ouvert, solidaire et attractif !

31/08/2015

Samedi, reprise des visites sur le terrain dans le quartier de la Nation

IMG_3820.jpgSamedi, je me suis rendu dans le quartier de la Nation, sur le marché du Cours de Vincennes, avenue du docteur Arnold Netter et dans les rues du Rendez-vous et Marsoulan. A cette occasion j’ai renconté des riverains et des commerçants et de nombreux sujets ont été abordés mais aussi les solutions et les améliorations à apporter. Plusieurs problèmes existent : le manque de stationnement, la propreté et la sécurité. Quartier familial par excellence, il est effectivement frappant de constater l’augmentation de l’insécurité. De nombreux commerçants m’ont informé d’une situation de plus en plus dégradée. Avec les problèmes de propreté et de stationnement, la sécurité reste une priorité pour améliorer la vie de nos quartiers. J'ai aussi évoqué avec des habitants la future réorganisation de la place de Nation. C'est effectivement un sujet que nous devrons aborder les prochains mois. La place de la Nation et tout le quartier doit retrouver son attractivité et être un pôle incontournable de l’Est parisien !

Nous avons eu beaucoup d’échanges dans un quartier qui est, pour certain, en perte de dynamisme. En effet, si durant des décennies la rue du rendez-vous (mais aussi Marsoulan) fut LA rue commerçante par excellence elle est aujourd’hui en manque de repères et aucune vision n’est proposée par l’actuelle majorité. Plusieurs sujets sont en questions : IMG_3819.jpgpiétonisation, éclairage, stationnement… Les commerçants mais aussi les riverains, sont en attentes de nombreuses réponses. Ouverts au dialogue et aux propositions, ils souhaitent une concertation globale sur l’ensemble du quartier. En effet, nous ne pouvons pas parler de l’avenir de la rue du rendez-vous sans évoquer, par exemple le problème de la tenue des manifestations place de la Nation ou bien encore l’arrivée du tramway sur les sur le cours de Vincennes.

Une nouvelle fois, ce fut une matiné passionnante, à la rencontre des habitants de notre 12e. En cette rentrée 2015 nous allons bien évidemment multiplier ces rencontres pour être, plus que jamais, toujours plus proche des riverains, connaître les problématiques et proposer unprojet innovant pour notre arrondissement !

22/06/2015

Un samedi sur le terrain à la rencontre des riverains de l'avenue Daumesnil

terrain1.jpgSamedi matin, j’ai commencé mes visites sur le terrain dans le quartier de la rue de Fécamp, avenue Daumesnil et avenue Michel Bizot. A cette occasion, j’ai rencontré de nombreux commerçants et des riverains. Quartier familial par excellence, il est frappant de constater l’augmentation de l’insécurité. De nombreux commerçants m’ont informé d’une situation de plus en plus dégradée. Avec les problèmes de propreté et de stationnement, la sécurité reste une priorité pour améliorer la vie de nos quartiers. Le sujet de l’avenir de la Petite Ceinture fut aussi évoqué. Pour mémoire je soutiens l’idée de la création d’une promenade plantée. Les riverains sont depuis longtemps favorables à ce projet. Tous ont regretté le manque d’ambition de la municipalité sur ce dossier depuis plus de 10 ans.  Ils sont aussi exaspérés par la Foire du Trône et les désagréments qui s’accompagnent :problèmes de circulation, de stationnement et d’insécurité. Nous l’avons affirmé à plusieurs reprises : nous sommes pour un départ de cette fête et la mise en place d’un vrai projet d’avenir et d’attractivité pour le bois de Vincennes.

terrain2.jpgJe me suis ensuite rendu à la fête de l’école du groupe scolaire Saint Pierre Fourrier – Eugène Napoléon, rue du Faubourg Saint Antoine. A cette occasion, j’ai pu échanger avec des professeurs mais aussi de très nombreux parents habitants notre arrondissement. Une très belle fête avec beaucoup de de dynamisme et des enfants heureux !

Et enfin, dimanche, comme de nombreux parisiens, je me suis promené dans les rues afin de participer à la fête de la musique. Là encore, comme chaque année, de belles rencontres et découvertes en plein cœur de notre arrondissement.

Plus que jamais, et dans le contexte politique actuel, l'avenir de notre arrondissement se prépare sur le terrain, au plus proche de nos concitoyens et au cœur de nos quartiers

 

20/05/2015

Beau succès pour la réunion dans le 12eme avec Philippe VIGIER, Président du groupe UDI à l'Assemblée Nationale

FullSizeRender.jpgHier soir, dans le cadre des « Rencontres du Centre du 12eme » nous avons reçus, en plein cœur de notre arrondissement, boulevard de Reuilly, Philippe VIGIER, Député de la 4ème circonscription d'Eure et Loir depuis 2007 et Président du groupe UDI à l’Assemblée Nationale.

Après une introduction de Benoît Pernin et devant une assistance nombreuse, Philippe Vigier est intervenu sur les grandes questions d’actualités du moment et de très nombreux thème ont été abordés: éducation, réforme territoriale, sécurité, Europe…. Un débat passionnant s’est engagé tout au long de la soirée avec la salle grâce à très nombreuses questions et interventions.

FullSizeRender (3).jpgCes moments de débats et d’échanges sont indispensables pour élaborer demain un véritable projet de société capable d'affronter les défis que sont la sortie de crise, la gouvernance européenne, la compétitivité, l'emploi, le pouvoir d'achat.

A Paris, comme ailleurs, le centre à toute légitimité à exister. Dans la capitale, il fut un acteur majeur de la vie politique. Plus que jamais, et au vu des dernières consultations, le centre à toute sa place dans nos quartiers. Il peut même être une alternative dans de nombreux arrondissements. Nous devons dès à présent nous organiser, reprendre notre place qui était la nôtre, fédérer les énergies, promouvoir nos convictions et démontrer, ensemble, que la ville de Paris n’est pas une forteresse imprenable. C’est, maintenant, une question de volonté.

La prochaine « Rencontre du Centre du 12eme » est prévue fin juin.