Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2017

Un mois de janvier sur le terrain à la rencontre des habitants du 12eme

Quartier Reuilly, Daumesnil, Bercy, Porte Dorée, .... Depuis longtemps, je suis avec mon équipe sur le terrain afin d'aller à la rencontre des habitants du 12eme. Plus que jamais, c’est sur le terrain, en étant présent et avançant des idées innovantes que nous pourrons, demain, proposer une véritable alternative. Face à la crise actuelle, il est donc important de créer, dès à présent, dans nos arrondissements, une dynamique commune. Enfin, c’est en s’ouvrant sur la société civile, représentative de nos quartiers, travaillant depuis longtemps aux côtés des habitants, des associations et éloignée de tous calculs politiciens, que nous pourrons proposer un nouveau choix pour le 12eme et Paris avec des hommes et des femmes ancrés dans l’arrondissement

FullSizeRender (13).jpgFullSizeRender (15).jpgFullSizeRender (16).jpgFullSizeRender (17).jpgFullSizeRender (20).jpgFullSizeRender (21).jpg

 

 

 

 

 

IMG_4250.jpgIMG_1795.pngIMG_1794.pngIMG_1793.png

10/01/2017

Le projet BERCY-CHARENTON: une idée pharaonique sans visibilité, un ghetto entre rails, Seine et périphérique

Rappel du contexte politique :

bercy_charenton.jpgA Paris plus de 70 000 logements sociaux ont été créés de 2001 à 2014, presque en totalité par préemption. Ce chiffre doit doubler dans la prochaine mandature municipale. L’objectif affiché de la Mairie de Paris était d’atteindre dès 2014  le seuil des 20 %  fixés par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU). La mairie s’est maintenant fixé l’objectif d’atteindre les 30 %. Les préemptions continuent pour pallier au manque de foncier disponible dans Paris. Dans notre arrondissement nous avons eu 220 immeubles préemptés pour 3785 appartements transférés du parc privé au parc de logements sociaux de la Ville de 2001 à 2014, et cela continue !

Le discours de la mixité est toujours présent dans les thèmes de la Mairie pour nous expliquer que le projet est équilibré entre les différents intervenants sur la zone, en ce qui concerne les activités, les commerces et les logements. La mixité s’entend aussi pour nous comme une exigence sociale avec un équilibre à trouver entre les populations, pour permettre une harmonie sociale, ce dont la Mairie ne s’occupe pas.

Le site dit de Bercy-Charenton doit délivrer 4000 logements dont 60 % de logements sociaux dans la zone de Bercy déjà largement pourvue.

Ce projet comprend l’édification de trois tours dont une de grande hauteur réunies sur une petite surface de 13 hectares. La distribution des logements sociaux entre les différents bâtiments de la ZAC n’est toujours pas communiquée.

Il s’agira donc de tours qui auront vocation à devenir des tours ghettos comme cela se faisait dans les années 1960, et qui ont été détruites, pour la plupart, depuis.

Nous comprenons bien que la Mairie socialiste de Paris a une politique de récupération d’électeurs au moyen de la gestion du foncier. En construisant ou en récupérant par préemption des logements sociaux, la Mairie favorise ce qu’elle estime être sa clientèle potentielle, et favorise la hausse des loyers et le départ des classes moyennes. En effet, la Mairie ne produisant par préemption pas ou très peu de logements de type intermédiaires, les ménages qui ont des revenus supérieurs aux plafonds HLM sont obligés de se loger dans le privé qui devient extrêmement concurrentiel et dont les loyers montent sans cesse.

La gauche favorise ainsi directement la hausse des prix de l’immobilier… et le départ de ceux qui ne peuvent plus se loger… et donc le départ de ceux qu’elle considère comme trop « riches » pour pouvoir se loger…  

Cela étant 60 % de logements sociaux c'est-à-dire 2400 logement sociaux dans le prolongement de la rue Baron Le Roy c’est beaucoup, compte tenu du nombre de logements sociaux existants et des logements assimilés des autres bailleurs dans le quartier ; de plus, la possibilité d’affecter des logements sociaux dans des tours n’effraie pas la Mairie de Paris, malgré les nombreux problèmes que cela pose, dixit Madame Hidalgo.

Le promoteur indiquait d’ailleurs que le mélange des genres, à savoir logements et bureaux, hôtels n’est pas facile à réaliser ! On le comprend !

IMG_0273.JPGNous nous trouvons devant un projet qui ne répond pas aux attentes des citoyens pour des raisons diverses et variées :

- Des constructions de grandes tours. Les citoyens ne sont pas favorables pour de multiples raisons à l’édification de ces constructions, malgré une concertation avec les habitants. Les pétitions et les associations qui se prononcent contre le projet le prouvent.

- Des logements sociaux dans des immeubles de grande hauteur. Des logements sociaux seront construits dans ces tours de moyenne ou de grande hauteur avec tous les problèmes sociaux et sécuritaires dus aux effets de concentration.

- L’ignorance des critères intégrants de la mixité sociale ; s’agissant d’une mairie socialiste qui intervient sur l’opération c’est quand même très préoccupant !

- Une inadéquation avec les besoins du quartier. La désaffection des entreprises pour la location de bureaux dans le quartier est connue de tous avec le triste exemple de l’immeuble Zeus ou Lumière, présent sur le site, qui peine depuis des années à trouver des entreprises locataires de ses bureaux.

- La trentaine d’ateliers d’artisanat et de commerce qui occupe l’ancienne gare souterraine appelée aujourd’hui la Halle Râpée Inférieure devra cesser son activité sans pouvoir, pour nombre d’entre eux, retrouver des baux accessibles. Certains seront obligés de rejoindre l’ANPE. Les artisans du site ont constitué le collectif Baron Le Roy.

- La mise en place d’un projet de construction pharaonique sans visibilité commerciale pour les surfaces de bureaux entre rails Seine et périphérique n’améliorera pas la qualité de vie du quartier. L’augmentation de la densité de population au mépris de la mixité sociale est projetée pour des raisons électorales car notre arrondissement est un enjeu sensible à Paris.

Des inconvénients de toutes natures sont également à relever avec des constructions hautes, à savoir :

  1. Un coût élevé de construction ce qui est paradoxal compte tenu de certains investissements nécessaires non réalisés par la Mairie en matière d’urbanisme (projet de couverture du périphérique). En moyenne, le coût de la construction en France d'un bâtiment (hors logement) s'établit à 1.283 euros HT/m2, selon les données de l'Insee. Mais, contrairement à ce qu'on pourrait penser, il n'y a pas d'économie d'échelle avec les grandes tours. C'est même tout le contraire. Plus on construit haut, plus cela coûte cher. Construire deux tours de 50 mètres coûtera ainsi presque deux fois moins cher qu'une seule tour de 100 mètres.
  1. Un gaspillage énergétique dans une période plutôt axée sur les économies en la matière. Des constructions de grandes hauteurs ne répondent pas aux critères écologiques élémentaires en matière de construction et ne correspondent pas à une utilisation écologique satisfaisante des locaux par les résidents.
  1. Le problème est aussi également économique car il faut que le projet présente des perspectives viables en termes d’occupation pour justifier de son utilité. A la Défense, qui concentre la plus grande partie des grandes tours de la région Ile-de-France, le m2 est plus cher qu'à la périphérie de Paris. Les charges dans ces grands édifices, très énergivores, découragent aussi plus d’un propriétaire ou plus d'une entreprise. Ensuite, il faut vérifier si le marché est porteur, ce qui ne semble pas être le cas, malgré la fameuse théorie du rééquilibrage est/ouest vantée par la Mairie.
  1. Des difficultés de circulation des personnes, posant problème pour leur évacuation et l'accès des secours. Les architectes reconnaissent que la cohabitation de logements et de bureaux dans des édifices verticaux est problématique (problème soulevé dès 1974 dans le film La Tour infernale et vérifié lors des attentats du World Trade Center, le 11 septembre 2001). Cette préoccupation existera tant que l’on ne connaitra pas l’affectation des logements sociaux dans la ZAC.
  1. Une modification climatique sur les quartiers avec des vents turbulents et des problèmes dus à l’ombrage porté par ces immeubles sur leurs voisins.
  1. Une utilisation moins efficace de l'espace après 5 à 7 étages due à des espaces nécessaires aux services (escaliers, ascenseurs, gaines de ventilation, gaines électriques, toilettes, etc.).
  1. Une coordination difficile à réaliser et coûteuse s’agissant d’édifier des étages résidentiels et de bureaux dans les mêmes immeubles.

Parc-de-Bercy-©-Philippe-Charles.jpgNous sommes également devant un projet d’arrondissement qui ne s’inscrit pas dans le marché et qui présente des insuffisances notoires, au niveau de la Ville, de l’Arrondissement et au niveau de la circulation parisienne, à savoir :

-  Mise en place d’un projet qui ne répond pas à une demande matérialisée par des études rendues publiques sur le secteur Est de Paris en termes de location de bureaux. Les slides de présentation notait au sujet de l’ingénierie économique que la question de la génération de la valeur et l'équilibre de la relation coût-gain sont des fondamentales. Il s’agit donc d’un projet qui ne doit pas coûter à la Mairie et, qui doit pour cela, être rentable en termes d’occupation et attirer les investisseurs. Cela veut dire aussi que les fonds publics ne sont pas là et qu’il faudra se débrouiller avec les investisseurs.

Ces indications disponibles sur le marché ne devraient pas permettre la réalisation d’un projet de bureaux d’une ampleur de 215 000 m2, qui représente globalement la totalité de l’offre hors Paris Centre Ouest. De plus construire 215 000 m2 de bureaux dans un secteur qui concentre une offre inférieure à 30 000 m2 (12 et 13ème arrondissement compris) est un pari sur l’avenir bien hasardeux.

Le nombre de m2 de bureaux proposé à l’offre dans le projet est donc en inadéquation avec le marché, ce qui aura une conséquence sur la rentabilité de l’opération.

La Ville de Paris qui s'est engagée dans un processus global d'études et de concertation depuis 2010 sur le projet Bercy-Charenton devrait revoir sa copie en regard des possibilités réelles du marché en matière de location de bureaux. En face d’un échec prévisible la Ville pourra toujours convertir les bureaux non occupés en logements sociaux pour améliorer ses scores électoraux car cela elle sait faire !

- Nous remarquons également qu’une offre de qualité en bureaux ne se réalise pas dans un secteur de logements sociaux. L’importance du nombre de logements sociaux dans le secteur créera des ghettos qui ne sont souhaités par personne, et le mélange de logements sociaux et de bureaux n’est pas un critère favorisant l’opération.

En principe les tours donnent dans le haut de gamme avec bureaux, hôtels et logements de luxe pour assurer une meilleure rentabilité.

Nous sommes également devant un projet d’arrondissement qui ne s’inscrit pas dans une perspective de développement dans le cadre du Grand Paris ou de Paris Métropole. Le projet ne s’inscrit pas, de plus, dans le marché et présente des insuffisances notoires, au niveau des besoins de développement économique de l’arrondissement, en regard de son intégration dans le quartier, en matière de voirie sur site, et dans une perspective de fluidité de la circulation du futur Grand Paris, à  savoir :

- Pas de réfection de l’échangeur de la porte de Bercy qui nécessite une reconfiguration générale pour des raisons de fluidité de la circulation.

- Une forte densité de circulation sur la rue Baron Le Roy avec un goulot d’étranglement sur la place Lachambaudie avec le tunnel de la rue Proudhon accessible sur une seule voie.

- L’intégration dans le projet du quartier touristique du Cour Saint-Emilion et du Musée des Arts Forains n’est pas réalisée dans le projet. Le quartier d’affaires et le quartier social que la Mairie veut créer étoufferont le quartier touristique de Saint-Emilion.

- Aucune voie de bus nouvelle ne pénètre dans le nouveau quartier pour le relier au cœur de Paris ou assurer les transferts entre Bercy et Charenton.

- Les passerelles sur voies ferrées se présentent comme des zones potentielles fortes d’insécurité.

- L’absence d’une passerelle sur la Seine entre Charenton et Ivry est observée et réclamée par les riverains.

- L’absence de nouveaux parkings publics dans un tel quartier de commerces et de bureaux sera un handicap pour le développement de l’activité du nouveau quartier. Ces problèmes de parking sont récurrents sur Bercy-Saint-Emilion compte tenu des activités de l’Arena de Bercy, de la Cinémathèque et de la future salle de sport à construire (projet adjacent à l’Arena).

Les slides de présentation de la réunion du 28 novembre 2011 de la Mairie nous avaient annoncé « un processus participatif = durabilité » ! Le projet Bercy-Charenton n’est pas un projet de ville mais un projet politique totalement irréaliste qui ne correspond pas aux critères essentiels qui doivent s’élaborer pour la construction d’un nouveau quartier durable. Un quartier durable est un quartier qui vit une triple mixité : mixité d’usage, mixité sociale et mixité générationnelle. Pour l’instant le projet ne met en avant que la seule mixité d’usage.

Est aussi généralement qualifié de durable, un quartier dit vert, comportant des logements neufs, chauffés majoritairement aux énergies renouvelables, des bureaux HQE, et des espaces publics généreux. Dans ce domaine, malgré quelques efforts du promoteur pour relier les parties vertes, les constructions hautes seront inadaptées car énergivores.  

Le projet Bercy-Charenton n’est pas un projet viable qui peut convaincre de nombreux investisseurs dans l’immobilier d’entreprise compte tenu du marché de bureaux dans la capitale. Le « financement du projet et sa livraison dans le temps aura un impact sur sa forme physique » nous annonce-t-on également ce qui veut dire que si les investisseurs ne répondent pas présents le projet sera graduellement amputé de certaines de ses composantes pour s’adapter aux montants des financements. Cela signifie aussi que le projet devra faire l’objet d’une réalisation rapide (immeubles de grande hauteur) pour permettre aux investisseurs d’avoir un retour rapide sur financement et éviter de s’endetter dangereusement.

La Mairie qui préempte une quantité importante de vieux appartements et de vieux immeubles pour en faire des logements sociaux ne peut plus réaliser des projets de quartiers nouveaux (voirie, équipements) faute des fonds nécessaires compte tenu de l’état de ses finances. La Mairie qui remplace les promoteurs privés à l’occasion de ces préemptions ne dispose plus de la puissance financière nécessaire à  l’édification de quartiers nouveaux ce qui est regrettable et pose la question de l’orientation de la politique de l’habitat de la Ville.   

23/12/2016

Très belles fêtes de fin d'année

Toute mon équipe et moi-même vous souhaitons un excellent Noël et de belles fêtes de fin d'année !

Rendez-vous dès les premiers jours de janvier !

shopping-proche-grand-hotel-dore-paris-viaduc-des-arts-creation-art-contemporain.jpg

09/12/2016

Un mois de novembre sur le terrain !

Quartier de la Nation, Daumesnil, Bercy, Porte Dorée, Gare de Lyon.... Depuis longtemps, je suis avec mon équipe sur le terrain afin d'aller à la rencontre des habitants du 12eme. Plus que jamais, c’est sur le terrain, en étant présent et avançant des idées innovantes que nous pourrons, demain, proposer une véritable alternative. Face à la crise actuelle, il est donc important de créer, dès à présent, dans nos arrondissements, une dynamique commune. Enfin, c’est en s’ouvrant sur la société civile, représentative de nos quartiers, travaillant depuis longtemps aux côtés des habitants, des associations et éloignée de tous calculs politiciens, que nous pourrons proposer un nouveau choix pour le 12eme et Paris avec des hommes et des femmes ancrés dans l’arrondissement

FullSizeRender (13).jpgFullSizeRender (15).jpgIMG_2344.jpgIMG_2414.jpgFullSizeRender (14).jpgFullSizeRender (16).jpgIMG_2605.jpgIMG_2756.pngIMG_2608.jpgIMG_2757.jpg

L’association artisanale et commerciale Paris-Bercy organise son premier marché de Noël

noel bercy.jpgL’association artisanale et commerciale Paris-Bercy organise son premier marché de Noël festif et gourmand samedi 10 décembre de 10h à 22h et dimanche 11 décembre  de 10h à 19h sur le boulevard de Reuilly.

Au programme : artisans, créateurs, producteurs de pays, animations, idées cadeaux pour toutes les bourses, le tout en musique !

Samedi à 18h sera décerné le prix de la Plus Belle Vitrine de Noël du quartier à la « Maison du Père Noël » et les illuminations de fin d’année seront inaugurées 

10/10/2016

17eme marché des pays de l'Aveyron

IMG_1576.jpgSamedi matin, je me suis rendu, comme chaque année, au traditionnel marché des pays de l'Aveyron qui s'installe en plein coeur du quartier de Bercy.  Situé en plein cœur du quartier de Bercy, près de la maison de l’Aveyron, rue de l’Aubrac, ce sont des dizaines d’exposants qui durant 3 jours montrent leurs savoir-faire. J’ai, à cet occasion longuement échangé avec le président des Aveyronnais de Paris, mais aussi de nombreux habitants du quartier venus découvrir ce formidable marché. Une initiative remarquable, populaire et qui fait vivre un quartier durant tout un week-end ! Voilà encore un bel exemple d’attractivité pour notre arrondissement.IMG_1575.jpgIMG_1577.jpgIMG_1574.jpg

30/09/2016

"Octobre rose": un mois d'initiatives contre le cancer du sein

octobreRose1.jpgPour la 23eme année consécutive, le mois d'octobre verra une nouvelle fois se multiplier les initiatives pour sensibiliser au cancer du sein, qui reste le plus fréquent et le plus mortel des cancers chez les femmes.
Baptisée "Octobre rose" en France, cette opération de communication mondiale créée au début des années 1990 rassemble associations, professionnels de santé et organismes sanitaires autour du symbole du ruban rose.
En France, où près de 12.000 femmes décèdent d'un cancer du sein chaque année, l'accent est mis sur le dépistage, avec l'idée que plus un cancer est détecté tôt, mieux il guérit.
Dans le cadre du dépistage organisé, mis en place il y a douze ans, les femmes de 50 à 74 ans sont invitées à réaliser une mammographie tous les deux ans, et tous les ans pour celles qui présentent un risque élevé. Mais la participation à ce programme stagne depuis 2008.
Lancé dès lundi avec l'illumination en rose de la tour Eiffel, ce mois d'information et de levée de fonds se déclinera dans l'espace public avec un ruban rose géant sur la Tour Montparnasse, à Paris, et une campagne d'affichage autour du slogan "Ma vie en rose, il faut que ça continue", pour "dédramatiser le discours" autour du cancer du sein.
L’objectif de cette campagne est clair : fédérer les femmes, sensibiliser l’opinion publique au cancer du sein tout en gardant un message d’espoir : lutter contre le cancer, c’est avant tout lutter pour que la vie continue, et avec elle, la joie de vivre.

21/09/2016

A la rencontre du monde associatif du 12eme arrondissement

14292293_10154436265213363_1840536159268373449_n.jpgSamedi 10 septembre, je me suis rendu, comme chaque année, au Forum des associations qui était organisé sur le boulevard de Reuilly. J’ai durant toute la matinée été à la rencontre des présidents et bénévoles qui tout au long de l’année font vivre ces structures. Le réseau associatif du 12e couvre un grand nombre de domaines : activités culturelles, pratiques sportives, solidarité, environnement… C’est, depuis toujours, un véritable atout pour notre arrondissement et pour l’épanouissement de tous.
Cette manifestation phare de la rentrée dans notre arrondissement permet d’offrir une vitrine représentative de la vie associative du 12e, de découvrir les associations, de trouver des ressources supplémentaires pour la vie quotidienne, de découvrir une activité de loisir ou de bénévolat mais aussi de renforcer le réseau de la vie associative, d’encourager les projets collectifs et interassociatifs et bien sûr 14292424_10154436265223363_5136332899898078792_n.jpgobtenir toutes les informations que les habitants recherchent. Tout au long de cette matinée, j’en ai aussi profiter pour rencontrer les commerçants du boulevard de Reuilly, satisfait de ce forum.
C’est pour moi un vrai plaisir de rencontrer toutes ces associations, dont certaines que je connais depuis plus de 20 ans ! Nous avons, du reste, été chaleureusement accueillis tout au long des stands visités.
Au quotidien, les associations prennent le relais d’une vie partisane et syndicale essoufflée, et offrent à tous des moyens d’expression et de participation. Mais si les associations jouissent dans l’imaginaire collectif d’un capital de sympathie important les problèmes auxquels elles sont confrontées sont grands : financement, responsabilité, gestion du temps…. . C’est la raison pour laquelle nous devons les soutenir et les aider. 14238318_10154436265273363_179945303363275415_n.jpgDans le 12eme, la création de la maison des associations avenue Daumesnil est une bonne chose. Je pense que la mutualisation des moyens est aussi un chemin d’avenir. Enfin les manifestations tel que ce « Forum des Associations » est aussi apprécié des habitants et des responsables. Par ailleurs, il semble bien que ceux qui adhèrent dans au moins une association s’investissent et prennent de plus en plus de responsabilités. Ce processus de « professionnalisation » est souligné par de nombreux travaux : il se caractérise par un nombre croissant de salariés, une rationalisation des conditions d’exercice de la pratique bénévole, ou encore un lien de plus en plus attesté entre l’engagement associatif et l’activité professionnelle. Derrière ça, c’est la question du bénévolat qui est posée et plus généralement la façon dont nous pouvons, ensemble, réfléchir et agir pour un monde 14332964_10154436265408363_7064730565365713784_n.jpgassociatif toujours plus vivant

20/06/2016

21 juin, fête de la musique

4242117797.jpgLa Fête de la Musique a été fixée à une date unique et symbolique, le 21 juin, jour du solstice d’été. Grande manifestation populaire gratuite et ouverte à tous les musiciens, amateurs de tous niveaux ou professionnels, elle célèbre la musique vivante et met en valeur l’ampleur et la diversité des pratiques musicales, ainsi que tous les genres musicaux. Elle s’adresse à tous les publics et contribue à familiariser à toutes les expressions musicales les jeunes et les moins jeunes de toutes conditions sociales. La Fête de la Musique est majoritairement une manifestation de plein-air qui se déroule dans les rues, les places, les jardins publics, les cours d’immeubles, les halls de gare, etc., sans esprit ni but lucratif. Les musiciens sont invités à se produire bénévolement et toutes les manifestations sont gratuites pour le public. Mais c’est aussi l’occasion d’investir ou d’ouvrir exceptionnellement au public des lieux qui ne sont pas traditionnellement des lieux de concerts : musées, hôpitaux, édifices publics, etc.
La gratuité des concerts, le soutien de la SACEM, le relais des médias, l’appui des collectivités territoriales et l’adhésion de plus en plus large de la population, ont fait que, en quelques années, la Fête de la Musique est devenue l’une des plus grandes manifestations culturelles françaises.
Depuis sa création par le ministère de la Culture et de la Communication, en 1982, les communes rurales et les petites, moyennes ou grandes villes de France s’investissent pour faire du 21 juin un moment privilégié, expression de la vie musicale dans son ensemble et reflet de son dynamisme permanent.

Consultez tous les concerts du 12eme arrondissement

30/05/2016

Pour créer du lien, le Faubourg Saint Antoine doit être au cœur des rénovations des places de la Bastille et de la Nation

2333190618.jpgJ’ai déjà évoqué sur ce blog nos convictions sur les prochaines transformations concernant les futurs réaménagements de la place de la Bastille et de la place de Nation :

- la concertation. Les différents conseils de quartier doivent être, plus que jamais, les moteurs de ces échanges. Il va aussi falloir y associer les riverains mais aussi et surtout les acteurs économiques qui sont pour le moment absolument pas intégrés aux 2 projets.

- l’impact financier de ces projets. En effet, si l’objectif est autre de rajouter 3 arbres, inverser le sens de circulation et intégrer une piste cyclable, les budgets nécessaires pour la réaménagement de ces places est colossale. Pour mémoire, un article des échos en date du 28 février 2014 évoquait cette situation : «l'embellissement proposé de 6 places de Paris (de la Nation, de la Bastille, Denfert-Rochereau, Montparnasse, du Panthéon et d'Italie) pourrait représenter une dépense comprise entre 89 et 169 millions. Les chiffreurs ont analysé le travail réalisé place de la République. Les travaux avaient été inscrits à hauteur de 15 millions dans le budget primitif de la commune en 2011. Selon le journal « Le Moniteur », le coût total a atteint 24 millions en incluant les études préliminaires et la participation au renforcement du métro. ». et de prévenir que pour ces projets l’équipe en place va «devoir faire des choix cornéliens dans un contexte de baisse des dotations et de montée en puissance de la péréquation en Ile-de-France qui va conduire Paris à payer pour aider les collectivités moins riches. »

- dernier élément indissociable à ces 2 futurs aménagements mais peut être le plus important car il créera du lien, le devenir du Faubourg Saint Antoine. Pour être parfaitement clair, je pense que nous devons aussi mettre en place une véritable réflexion sur l’avenir de cet axe majeur qui rejoint ces 2 places. En effet, cette artère n’est plus que l’ombre d’elle-même (fermeture de boutiques, déménagement des sites attractifs comme "Le lieu du design"…). Le succès de ces réaménagement passera d’abord par l’attractivité du Faubourg Saint Antoine.