Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Benoît PERNIN

  • Création d’une police municipale à Paris : une proposition de loi portée par Benjamin Griveaux

    E0B57B8C-E3E7-42E4-AE3A-3E0A203E1097.jpegLoin des discours et autres propositions souvent inapplicables, Benjamin Griveaux vient de déposer une proposition de loi pour la création d’une police municipale à Paris. C’est la seule façon de créer, enfin, cette force de police dans la capitale.

    À la différence des autres communes françaises, la sécurité de Paris n’appartient pas au maire, mais au préfet de police. Cette particularité s’explique en partie par la centralisation dans la capitale de quasiment tous les leviers de commande de la nation, mais aussi par une sorte de tradition. Car c’est seulement en 1977 qu’un maire élu fait son apparition dans la capitale. Une loi de 1986 a cependant restitué au maire de Paris certaines responsabilités : la police de la voirie (salubrité de la voie publique, sécurité des foires, des marchés…) et la conservation du domaine public. Puis une loi de 2002 lui a aussi confié la police municipale en matière de bruits de voisinage et une compétence pour ce qui concerne la circulation et le stationnement (avec certaines restrictions).

    D1EC2619-D5EB-4F66-B983-5FCB39424073.jpegLe maire de Paris dispose d'ailleurs de fonctionnaires - auxquels on ne veut surtout pas donner le nom de policiers : les inspecteurs de sécurité de la Ville de Paris. Longtemps, ceux-ci se sont plaints d’être sous-employés. D’ailleurs, la contribution de la Ville a représenté près de 50% du budget de la préfecture de police…

    Le refus de la police municipale de la part de Mme Hidalgo est “historique” et idéologique. En effet, en  août 2013 par exemple, elle déclarait sur Europe 1  "Je suis très opposée, à Paris, à la mise en place d'une police municipale" en expliquant que la coopération entre la Ville de Paris et la préfecture fonctionnait parfaitement bien…. Jusqu’en 2019 la Maire de Paris et sa majorité n’y ont pas été favorable. Des dizaines de déclaration de Mme Hidalgo et des ses alliés sont là pour le prouver. Le miracle des élections et la réalité l’ont fait changer d’avis….

    Aujourd’hui le débat est simple : ou bien on laisse les choses en état, ou le parlement décide, enfin, de créer une véritable police municipale. Et il y a urgence car la construction de la métropole du Grand Paris appelle à un changement de gouvernance en matière de police.

    Depuis des années, les centristes parisiens, aujourd’hui engagés avec Benjamin Griveaux pour les élections municipales à Paris, portent ce projet de création de police municipale à Paris. Ce sont les seuls, depuis 1977 et la création du statut actuel de Paris, à n’avoir jamais changé d’avis.  La sécurité et la prévention au cœur de nos quartiers sont les 2 axes forts de cette réforme. Nous pouvons imaginer que l’ancrage des futurs agents de la police municipale dans chaque arrondissement pourra favoriser l'efficacité de leur action.

    La création de cette police doit automatiquement passer par une évolution du statut de Paris. C’est tout le sens de la proposition de loi déposée par Benjamin Griveaux et les parlementaires parisiens LREM et Agir.

     

  • L’interview de la semaine

    A lire dans la dernière lettre d’information de Pierre-Yves Bournazel, candidat à la Mairie de Paris l’interview de Benoit Pernin

    3 MOTS POUR DECRIRE PARIS ?

    Ville-monde : Paris a un rayonnement connu et reconnu à l'échelle internationale. La ville de Paris est aujourd’hui en concurrence directe avec les autres capitales mondiales et est confrontée à des problèmes tels que la croissance des inégalités sociales, la disparition des classes moyennes, les problèmes de transports ou encore  environnementaux. Le défi pour rester dans la course est immense.

    Proximité : Paris est un grand village. Tout en devant conduire une politique innovante et visionnaire, nous devons conserver les spécificités de nos quartiers. Je suis convaincu que la municipalité se doit d'équilibrer les chances et d'organiser la solidarité. La proximité c'est reconnaître que les meilleures décisions prises le sont dans le dialogue avec les citoyens, les associations, les entrepreneurs, les commerçants et en concertation avec les villes voisines, c'est l’essence même du Grand Paris.

    Humain : Paris est une ville dans laquelle l’humain doit être au centre de toutes les préoccupations. Il faut remettre les Parisiens et la qualité de vie au centre des décisions de gouvernance et d'aménagement. Le Paris de demain devra répondre à un double besoin : de bien-être pour l’Homme et de protection de l’environnement. Il faut repenser le bâtiment et la ville en remettant le citoyen, l’usager, l’habitant au cœur du dispositif pour faire de Paris une vraie ville intelligente.

    QU'EST-CE QUI MOTIVE TON ENGAGEMENT DANS CETTE CAMPAGNE ?

    Lire la suite

  • Une équipe motivée et sur le terrain pour préparer l’avenir du 12eme avec Pierre Yves Bournazel

    Samedi nous étions sur le marché du Cours de Vincennes mais aussi à la kermesse du Saint Esprit pour rencontrer les habitants du 12eme et évoquer l’avenir de nos quartiers.

    FB760CBA-A705-4370-A2D7-CD5775B51674.jpegE82A4ECA-DC71-4D8E-8638-5FCD2CD16C84.jpeg821312B1-1EA5-466C-9FD9-92E86918BDE4.jpeg37C12240-EB29-495C-8C3B-5B3F47BEE4E0.jpeg

  • Chacun s’arrache... Pierre-Yves Bournazel

    [Article] Pierre-Yves Bournazel ? «C’est un ami.»Interrogés sur le candidat à la Mairie de Paris, tous les élus parisiens du centre et de la droite prennent soin de signaler leurs bonnes relations. Bournazel a été l’un des premiers à s’engager dans la bataille, «en dehors des partis». lire l’article sur Libération 

  • Lettre de Pierre-Yves Bournazel aux cafetiers et restaurateurs Parisiens et du 12eme

    au-va-et-vient-terrasse.jpgLes Bistrots, les restaurants et leurs terrasses incarnent l'âme de Paris mais aussi celui de nos quartiers. C'est aussi une activité économique majeur. Paris compte plus de 14000 cafés et restaurants ce qui représentent 24% des activités commerciales en rez-de-chaussée dans Paris intra-muros. Essentiels à la vie de quartier de nos arrondissements, nous devons mieux vous écouter et vous accompagner. La municipalité dispose de leviers d'action. Lire la lettre lettre1.JPGlettre2.JPG

  • Projet de construction rue de Picpus : quand la Mairie de Paris « oublie » la concertation…

    « Nous n'en avions jamais entendu parler. Nous l'avons découvert quand Emerige a déposé sa demande de permis de construire, durant l'été »…la concertation vue par Mme Hidalgo… Cette phrase résume parfaitement bien la situation politique à Paris et dans le 12eme arrondissement. Un nouveau projet pour bétonner Paris peut ainsi voir le jour au plus grand mépris des riverains. A terme, les terrains libérés serviront à la construction de 12 immeubles (de 3 à 12 étages) accueillant des bureaux et des logements. 900 habitants y emménageront. La Ville doit se réapproprier ce dossier, proposer une alternative et travailler en étroite relation avec les riverains et autres acteurs locaux ! Lire l'article du Parisien

  • Beau succès pour la réunion-débat avec Pierre-Yves Bournazel dans le quartier de Bercy #Paris12

    1008392D-7BD1-41D0-8D17-7DEA498600E6.jpegMercredi soir, nous avons accueilli avec Isabelle Tavaux et Andréa Ferrari, Pierre-Yves Bournazel, candidat à la Mairie de Paris dans le quartier de Bercy pour rencontrer les riverains à l’occasion d’une réunion-débat. Auparavant il a parcouru une partie du quartier de Bercy comme la rue de Bercy, la rue Paul Belmondo ou encore la rue Henri Desgranges à la rencontre des riverains, des commerçants mais aussi des forces vives. Beaucoup d’échanges et de propositions ont ponctués cette visite sur le terrain. C’est à la Brasserie des Spectacles  que de nombreux habitants du 12eme arrondissement ont pu écouter puis échanger avec Pierre-Yves Bournazel. Il a pu exposer sa vison de Paris et les grands thèmes de sa campagne. Les thèmes abordés ont été multiples et variés : la voirie, le projet Bercy/Charenton la sécurité, les aménagements de proximité, le logement etc…En résumé pour Pierre-Yves Bournazel « On n’accomplit rien seul, ce n’est que collectivement que nous pourrons proposer une offre alternative et utile à Paris »et de résumer son engagement en 4 points : « 1/ Aux étiquettes partisanes, j’ai toujours préféré l’intérêt général 2/ À l’Assemblée nationale, j’ai à cœur de défendre cette liberté de ton et cette indépendance d’esprit. 3/ Au Conseil de Paris, je n’ai eu de cesse de lutter contre les projets d’hyperdensification. 4/ Notre ville a besoin d’une nouvelle respiration démocratique ». Une réunion très intéressante qui marque indéniablement le début de la mobilisation autour de Pierre-Yves Bournazel. Enfin, plus que jamais, l’alternance se prépare au cœur de nos quartiers. Mais celle-ci ne sera possible que si elle est portée par des hommes et des femmes qui depuis longtemps travaillent auprès des habitants, des commerçants et des forces vives du 12ème.A7147771-DB10-4162-9C55-F35C150D9C64.jpeg

    32BAC6BB-25D1-48AB-BB47-42833D148889.jpeg

  • #Municipales2020 - Réunion avec Pierre-Yves Bournazel, mercredi 6 novembre à partir de 19h dans le quartier de Bercy #Paris12

    Réunion PYB.JPGNous avons le plaisir de vous convier à une rencontre-débat avec Pierre-Yves Bournazel, Député, Conseiller de Paris et candidat à la Mairie de Paris. Cet échange se déroulera mercredi 6 novembre, dans le quartier de Bercy, à la Brasserie des Spectacles, 110/114 rue de Bercy à partir de 19h.
    A cette occasion nous évoquerons les grands sujets parisiens mais aussi les questions relatives à l’avenir du 12eme arrondissement et de nos quartiers.
    Nous comptons sur votre présence.

  • #Municipales2020 - Découvrez les propositions de Pierre-Yves Bournazel pour la culture à Paris

    CRÉER DES RÉSIDENCES D’ARTISTES DANS LE COEUR DE PARIS, AUX PORTES DE PARIS ET AU SEIN DE LA MÉTROPOLE
    Dans les tiers lieux, les friches en réhabilitation, les logements sociaux. Il faut mettre en place une politique active avec les bailleurs sociaux pour ouvrir des ateliers d’artistes, des lieux de création ou d’expression en pieds d’immeuble.

    CRÉER UNE PLATEFORME DIGITALE INNOVANTE
    Afin d’aider les acteurs du monde de l’art (artistes, galeries, mécènes, collectionneurs, artisans maîtres d’art, start-up,
    associations, institutions) dans la création de projet.

    DÉVELOPPER LE MÉCÉNAT
    Avec les établissements de la ville de Paris en créant ou en donnant de la place aux « sociétés d’amis ».

    L’ART POUR LES HABITANTS
    Comme d’autres métropoles et d’autres villes le font si bien (par exemple Lille), Paris doit favoriser l’accessibilité à la culture et à l’art. Créer une arthotèque - photothèque alimentée par le fonds municipal d’art contemporain, des dons d’artistes, de mécènes ou des prêts de galeries pour la mise à disposition temporaire d’oeuvres à l’ensemble des publics (Parisiens, métropolitains, étrangers, scolaires, familiaux, en situation de handicap).

    LE PASS CULTURE
    Développer le pass culture à l’échelle parisienne voire métropolitaine (carte gratuite délivrée en mairie d’arrondissement ou en ligne pour être informés de l’agenda culturel et bénéficier de réductions dans les activités culturelles, publiques ou privées).

    CRÉER UN CENTRE D’ART PARISIEN
    Dédié exclusivement à la création artistique contemporaine d’artistes locaux.

    ENCOURAGER LE GRAND PUBLIC À TROUVER LE CHEMIN DES GALERIES PARISIENNES
    Elles demeurent le principal médiateur entre un artiste et le public, tout au long de l’année. Ainsi, il faut étendre un parcours d’art, comme celui qui existe à Saint Germain des Près, dans plusieurs arrondissements et, notamment, dans les quartiers où il y a une identité d’art et d’artisanat.

    www.bournazel2020.fr