Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Paris - Page 3

  • Samedi 16 mai, 11eme nuit des musées

    url.jpgLes musées seront gratuits et ouverts la nuit, samedi 16 mai, à l'occasion de la nuit européenne des musées.

    La nuit européenne des musées a lieu samedi 16 mai. 1.300 musées participent à l'opération et environ deux millions de personnes sont attendues. C'est l'occasion pour le public d'oser franchir le pas parce que les musées sont gratuits et ouverts la nuit. Cela crée des conditions particulières et c'est justement le charme de cette opération". Beaucoup de musées organiseront des performances d'artistes. "C'est un peu comme la fête du cinéma où on en profite pour aller voir deux ou trois films. Là, on peut aller visiter deux ou trois musées", précise les organisateurs. Car c’est bien l'un des objectifs de la Nuit européenne des musées qui, en proposant au public une autre approche de l’environnement muséal, en nocturne et au travers de nombreuses animations – spectacles, interventions artistiques, visites éclairées, etc. –, offre un contexte privilégié pour une visite plus libre et plus ludique. Elle favorise ainsi la découverte et l’accès aux institutions culturelles. Les musées deviennent, le temps d’une soirée, un lieu d’expression pour tous les arts : musique, théâtre, littérature, gastronomie, cinéma.

    Notre arrondissement participe à cet évènement, notamment au Palais de la Porte Dorée – Musée de l’Histoire de l’Immigration-Aquarium Tropical et laCinémathèque française – Musée du Cinéma [Voir le programme]

  • 9 mai : journée de l’Europe

    index.jpgLe 9 mai 1950, sur proposition de Jean Monnet, Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères français, fait une déclaration historique dans le salon de l’Horloge du Quai d’Orsay : il appelle à la mise en commun sous une autorité internationale des productions française et allemande de charbon et d’acier. Ce projet, visant à assurer la paix en Europe, est aujourd’hui considéré comme l’acte de naissance de la construction européenne. Il est à l’origine de la première communauté européenne : la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier) qui voit le jour en 1951. "L'Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait".

    Sur ce modèle, d’autres communautés vont suivre, dont la plus connue est la Communauté économique européenne (1957). Ces communautés, créatrices de solidarités, ont consolidé les rapports entre les Etats européens. Elles se sont élargies et approfondies pour donner naissance à l’Union européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui.

    La Journée de l’Europe est célébrée chaque année le 9 mai dans tous les pays européens pour rendre hommage à ce moment fondateur que fut le 9 mai 1950. C’est au Conseil européen de Milan, en juin 1985, que les Etats membres se sont mis d’accord sur cette date symbolique.

    De nombreuses manifestations sont organisées dans les villes sur l'initiative des associations, des collectivités locales, etc. Elles s'adressent à tous les âges afin de mieux faire connaître l'Union européenne et d'expliquer comment les citoyens européens peuvent bénéficier directement des droits que leur confère l'UE. De très nombreuses initiatives notamment une grande fête sur le parvis de l’hôtel de ville est organisée. Cet événement montre aussi que l'Europe est notre quotidien, un bien précieux pour notre génération et les suivantes

    Je regrette que la Mairie du 12eme n’est rien organisée pour célébrer le 9 mai. Même de façon symbolique…..  Dans une période de doute, n’ayons pas peur d’affirmer nos convictions européennes. Plus que jamais, nous devons montrer au quotidien que l'enjeu c'est l'Europe, parce qu'il s'agit de nous et de  notre futur.

  • La future fermeture des voies sur berges, rive droite, doit prendre en compte la vie quotidienne des parisiens

    1116949_voies-sur-berge-a-paris-hidalgo-presente-deux-scenarios-de-pietonnisation-de-la-rive-droite-web-tete-02149861505_660x397p.jpgLa Maire de Paris a présenté deux scénarios concernant la fermeture et l’aménagement des voies sur berges, rive droite. Le premier projet envisage sur 1,5 km la fermeture de la Place du Châtelet au Pont de Sully. L’autre, plus ambitieux, puisqu’il porte sur 3,3 km en allant du tunnel des Tuileries jusqu’au port de l’Arsenal, prévoit par ailleurs la fermeture des deux ouvrages situés aux extrémités : celui des Tuileries et celui d’Henry IV

    Ces deux schémas seront soumis dès le mois de juin à la concertation des habitants et des élus, à l’occasion de cinq réunions publiques, dont une dédiée à Paris Métropole. Le projet sera arrêté à l’automne 2015. Les études d’impact en matière de circulation vont être affinés par la préfecture de Police.

    Mais l’impact de la fin de la circulation est plus délicat sur la rive droite car 40 % des automobilistes prennent cette voie sans s’arrêter, à la différence de la rive gauche.

    D’autres aménagements annexes accompagneront cette extension de la piétonnisation des voies sur berge. Les études lancées à l’automne 2014 sur la réalisation d’un tramway ou d’un bus à haut niveau de service sur le quai haut de la rive gauche seront rendues fin 2015. Après l’inauguration de la rive droite, l’aménagement de la Place de la Bastille devrait être lancée, pour faciliter l’accès au port de l’Arsenal. Globalement, le coût de l’opération rive droite, de 8 millions d’euros, sera moindre que celui de la rive gauche, que la Ville estime à 35 millions d’euros, ce chiffre comprenant aussi les premiers aménagements en 2012 de la rive droite.


    Seine.jpgDans la continuité de ces aménagement, je pense que la Ville mais aussi la région, doivent se pencher sur l’avenir de la Seine. Nous avons la chance que notre capitale soit traversée par ce fleuve. Je trouve que cette voie fluviale n’est pas assez utilisée, notamment pour les transports en commun mais aussi pour les livraisons. J’avais salué il y a plusieurs mois l’initiative d’un grand groupe agroalimentaire qui annonçait que 80 de ses 350 magasins parisiens seraient livrés par voie fluviale. Ce mode de livraison inédit en distribution alimentaire devait se faire en collaboration avec un groupe de logistique, Ports de Paris et Voies navigables de France.

    Je suis partisan pour que la Ville de Paris porte un véritable projet de développement concernant la Seine : transport de personnes, livraisons…. . Le 12eme arrondissement possède des berges importantes en lien avec ce fleuve (notamment au niveau de Bercy). Cette dynamique pourrait aussi permettre à ces quartiers (comme le quai de la râpée par exemple) une nouvelle restructuration. En effet, à l’occasion d’une réunion d’appartement avec des habitants rue Villiot, ce sujet fut souvent évoqué. Quel lien avec la Seine ? Comment mieux utiliser cette voie navigable ? La question centrale étant comment mieux utiliser et permettre aux Parisiens de s’approprier la Seine.  Les prochaines élections municipales seront l’occasion d’évoquer ce sujet. Au cœur de l’Est parisien, notre arrondissement peut, une fois encore, jouer un rôle attractif, dans le cadre du Grand Paris.

  • 5eme rencontres du Centre du 12eme avec Philippe Vigier, Président du groupe UDI à l'Assemblée Nationale

    Les Rencontres du Centre du 12eme arrondissement.jpg

  • Projet Bercy Charenton : la majorité municipale fissurée

    BC1.jpgMercredi soir, s’est déroulé à l’espace Charenton, une réunion publique sur le projet d’aménagement Bercy Charenton. Cette rencontre avait pour but de présenter le bilan de la concertation et des évolutions du plan  guide et du schéma d’ensemble de la future opération d’aménagement. Nous avons été accueillis par des manifestants du PCF, hostile au projet. J’ai aussi pu à cette occasion, rencontrer de nombreux riverains du quartier. Actée en novembre dernier par la municipalité parisienne, la refonte du quartier Bercy-Charenton, dans les cartons depuis... 2006, doit totalement repenser la jonction entre la capitale et Charenton.

    Nous avons déjà longuement évoqué sur ce blog ce futur aménagement. Les objectifs d’aménagements sont les suivants :

    -       Amélioration des liaisons entre les communes de Paris et de Charenton le Pont

    -       Proposer une programmation urbaine mixte

    -       Faciliter l’accueil des nouveau modes de transports en commun

    -       Transformer l’environnement du site et les espaces publiques

    De plus, plusieurs annonces ont été faites :

    -       Le prolongement de la rue Baron le Roy jusqu’à Charenton

    -      La création d’une circulation piétonne le long des quais

    -      Quid des liaisons piétonnières au-dessus des voies ferrées

    -       Amélioration des équipements sportifs existants sur le secteur Léo Lagrange

    Cependant, des points cruciaux restent ne suspend :

    -       Quel aménagement pour le tunnel des artisans (quelle dynamique, projet ?)

    -       Pourquoi écarter la création d’un site culturel sur lequel nous pourrions exposer, par exemple, les pirogues retrouvées lors de la construction du quartier de Bercy dans les années 90

    -       Sur le logement, nous souhaitons une part importante d’accès à la propriété

    -       Et pourquoi ne pas pousser la réflexion sur le devenir de la Foire du Trône et son déménagement  quand le stade Léo Lagrange est maintenant inclus dans le projet Bercy Charenton ?

    IMG_1983.jpgEt enfin, nous souhaitons un projet clair pour les voies de la petite ceinture. A cet effet, hier soir, le Parti communiste, soutenu par les élus de la majorité municipale d’extrême gauche, étaient devant le site de la réunion pour distribuer des tracts contre ce projet (pour mémoire, ils veulent le retour du train sur la petite ceinture…).  Il va devenir difficile pour ces élus de rester dans cette majorité. S’opposer à un projet majeur de la mandature risque de poser un problème. Sauf si, bien sûr, ils privilégient, leurs intérêts personnels aux  convictions… Dans ce cas, ils peuvent avoir une posture de contestataire...et négocier avec l’exécutif en coulisse…. Bref , de la vraie politique politicienne, dénoncée par nos concitoyens….

    La vérité est que sur ce projet, la véritable opposition se situe au sein de la majorité et nulle part ailleurs…. A suivre….

    Une prochaine réunion se déroulera en juin à la mairie du 12eme

  • Futur aménagement de l’université Sorbonne Nouvelle dans le 12eme : une bonne nouvelle pour notre arrondissement

    sorbonne nouvelle.pngDans une note en date du mois d’octobre 2013, nous nous félicitions de l’annonce du déménagement de l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, dans notre 12eme arrondissement. L'université va déménager à la rentrée 2018 dans des locaux neufs dans le 12e arrondissement de Paris. Ce bâtiment sera construit sur un terrain appartenant actuellement au ministère de l’agriculture. C’est donc un campus innovant et écologique de près de 35 000m² de surfaces nouvelles (SHON) qui sera construit au cœur du 12eme arrondissement répondre aux besoins de développement d’une université d’arts, lettres et langues et Sciences Humaines et Sociales Humaines et Sociales. Ce projet repose sur un plan de financement validé de 135 millions d’euros qui associera l’État et la Région Ile de France dans le cadre d’une maîtrise d’ouvrage publique. C’est  l'architecte Christian de Portzamparc qui a été désigné le 22 septembre 2014 lauréat du concours pour la construction du pôle Nation de l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Cette prochaine arrivée va devenir un atout pour tout un quartier !

    Le 12eme ne sera pas le seul bénéficier de ces déménagements.

    En effet, la migration des universités et des écoles du Quartier latin vers l'Est parisien s’accèlere. D'ici à fin 2018, une grande partie des sciences humaines et sociales doivent aussi (dans le cadre du campus Condorcet) déménager à Aubervilliers et porte de la Chapelle. En discussion depuis des années, les deux projets entraîneront un déplacement de milliers d'étudiants et enseignants-chercheurs du centre de Paris vers l'Est parisien et le 93.

    Le projet Condorcet est le plus colossal des deux. Le campus sera installé sur 180.000 m2 de locaux des deux côtés du périphérique : une partie sur une surface de 1 hectare à Paris ; l'autre, sur 6 hectares, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Il accueillera une dizaine d'établissements dont une partie de la célèbre fac Panthéon-Sorbonne (Paris I), ainsi que les prestigieuses Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Ecole pratique des hautes études (EPHE) et Ecole nationale des chartes. L'Institut national des études démographiques (Ined) et des laboratoires du CNRS seront également transférés à Condorcet. Après des années de polémiques, le campus est aujourd'hui sur les rails, avec un objectif clairement affiché : devenir un poids lourd (national et international) de la recherche en sciences sociales et humaines. Originalité, le projet Condorcet comprend plusieurs chantiers qui seront réalisés à la fois en partenariat public-privé et en maîtrise d'ouvrage publique suivant les équipements. La Région Ile-de-France apporte 148 millions d'euros, notamment pour la construction de la bibliothèque et d'un bâtiment pour l'EHESS.

    Reste maintenant à créer une dynamique commune avec l’université afin que l’ensemble de notre arrondissement profite de cette arrivée. Ce seront 18 000 étudiants qui, chaque jour, viendront dans le 12eme. Il faudra donc accompagner ce projet pour que les habitants et les commerçants soient, eux aussi, complétement concernés. 

    Voir toutes les photos du projet

  • Les futurs JO doivent être un projet fédérateur pour le Grand Paris

    INFe6fc097c-e1b5-11e4-8d7e-20191f846b73-805x700.jpgLa ville de Paris a donné lundi son feu vert à une candidature de la capitale française pour l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. C’est une étape décisive avant son entrée en lice officielle, a priori en juin

    L’ensemble des groupes ont approuvé le vœu de la maire de Paris proposant que la Ville s'engage "pleinement" en faveur d'une candidature.

    Je suis pleinement favorable à cette candidature. Et comme l’a souligné le président du groupe centriste, ces JO doivent être un "projet fédérateur pour le Grand Paris", et qu'ils permettent de répondre "aux fractures territoriales" de la métropole.

    Bien évidemment, les Verts, eux, ont émis des réserves….

    Ces jeux peuvent être l’acte I du Grand Paris. En effet, pour exister pleinement, le Grand Paris doit orchestrer de grands projets populaires et fédérateurs. Il doit avoir un sens, une identité. Les JO sont, à n’en pas douter, une très belle opportunité ! La réussite du projet du Grand Paris est majeure pour l'avenir de notre pays, son développement économique et, donc, celui de l’emploi.

    Et notre arrondissement, avec le futur Bercy Arena, sera un lieu majeur de cette fête du sport !

  • L’avenir de la petite ceinture divise la majorité PS/PC/Verts

    Petite_ceinture_12e.jpgAlors qu’Anne Hidalgo et Guillaume Pépy, le président de la SNCF, ont signé un accord pour rendre plus largement accessible la Petite Ceinture aux Parisiens, des voix discordantes se sont élevées dans la majorité municipale. En effet, hier matin, les communistes ont mobilisé leurs troupes pour appeler à préserver la vocation ferroviaire de cette ancienne voie de chemin de fer de 32 km partiellement désaffectée. Comme tu le monde le sait, ils sont favorable au retour du train sur la petite ceinture. Depuis de longues années, cet espace est abandonné. Aucune décision franche n’a été prise de la part de la Mairie de Paris et de la majorité du 12eme (très divisée sur l’avenir de cet espace). Il est du reste étonnant, après 14 ans de gestion, de ne pas avoir eu un projet global sur une telle emprise !

    Du reste, la position de l’extrême gauche, complétement intégrée dans la majorité municipale n’est pas nouvelle. En 2013, dans une tribune publiée par le journal municipal intitulée «Pourquoi faut-il maintenir les rails sur la petite ceinture » le président du Parti de Gauche du 12e entamait son propos de la façon suivante « L’activité ferroviaire sur la petite ceinture doit reprendre. ». Au moins, c’est clair ! En résumé, il proposait de réactiver la petite ceinture pour les transports de marchandises. Cette position, complétement incompatible avec ses alliés PS et Verts ne les as pas empêcher de faire liste commune aux dernière élections municipales…. Quand les intérêts personnels et partisans prime sur les convictions…. Maintenant que va faire le PC ? Rester dans cette majorité pour quelques postes ? Aller jusqu’au bout de ses idées et la quitter ?

    L’avenir de la petite ceinture à Paris, et dans le 12eme plus particulièrement est l’un des dossiers majeurs de la mandature. Il faut une majorité soudée pour porter ce projet. C’est tout l’inverse qui est en train de se passer. Pour mémoire, voici ce qu’affirmait la liste PS/PC/Vert en 2001 :  «Notre programme est clair : nous ferons de la petite ceinture une coulée verte irréversible avec un cheminement piétonnier et cyclable, des espaces verts, des jardins familiaux, des aménagements pour les habitants » Le Parisien 15 mars 2001. 14 ans après, nous en sommes à une signature avec la SNCF et une majorité fissurée au grand jour !

  • Pollution: il est urgent de mettre en place un plan à l’échelle du Grand Paris

    7gMcNbW.gifParis était hier l'une des villes les plus polluées de la planète... Airparif annonçait que la pollution était, mercredi, de 90 sur un indice maximal de 100. Sur une échelle française qui compte 10 niveaux, la pollution était ainsi de 10 en Ile-de-France, un niveau pire que prévu. Et pourtant la circulation alternée n'est toujours pas mise en place. La préfecture de Paris ne l’a pas autorisé. Cela pose donc clairement le problème des compétences de la Ville de Paris. En effet, les élus de la majorités sont eux même impuissant face au gouvernement, pourtant de la même couleur politique« Nous demandons à ce que le gouvernement prenne des mesures à hauteur des enjeux de pollution. La situation se dégrade avec des dégâts sur la santé publique. (...) Les pouvoirs publics restent muets et ne disent rien" affirme même l’adjoint à l’environnement !

    Le problème des déplacements dans la capitale, tout comme d’autres, ne seront pas réglés, s'ils ne sont pas traités d'une façon globale. C'est à dire en liaison très serrée avec la région Ile de France. Chaque jour, en effet, près de  800 000 franciliens viennent travailler dans la capitale et parallèlement, plus de 300 000 parisiens vont travailler en banlieue.

    Certes la loi n'envisage pas aujourd'hui une dimension régionale pour résoudre ces problèmes de flux quotidiens. Certes la ville travaille en liaison avec les communes riveraines mais rien nous empêche de réclamer une autorité unique, peut être une communauté urbaine, afin d'appréhender la situation en amont. D'autant plus que la région est responsable des transports en Ile de France avec tous les problèmes financiers afférents à cette situation.

    Une autorité unique, il n'y a pas d'autre solution.

    Lutter contre la pollution tout en facilitant la vie des parisiens dans les déplacements, telle est bien aujourd'hui la problématique. La Ville de Paris doit être audacieuse et responsable. Pour n'avoir point eu de vision globale depuis le départ, mais des engagements idéologiques, nous nous trouvons aujourd'hui face à des embouteillages provoqués par des aménagements de voirie indépendants les uns des autres. Il apparaît donc que la politique de la ville pour lutter contre les nuisances qui était un souhait volontaire, se dilue jour après jour dans une guerre idéologique contre la voiture réduisant ainsi à néant les efforts demandés, avec raison, pour lutter contre cette pollution. Combien d'aménagements provoquent des embouteillages, facteur de nuisances, dans des avenues et des rues dont la circulation était fluide il y a encore quelques semaines ou quelques mois, sans oublier les engorgements des voies secondaires.

    La diminution des places de stationnement et de parking aggrave la situation. Ce qu'il faut au contraire c'est favoriser la création de parcs de stationnement autour de Paris et dans les gares franciliennes afin de permettre aux habitants de la région Ile de France de laisser leur voiture aux portes de la capitale. Mais il faut également créer des parkings résidentiels pour permettre aux parisiens de laisser leur véhicule en sous-sol et non pas en surface, puisque la ville veut récupérer l'espace pour d'autres formes de déplacements ou d'activités.

    A propos des déplacements dans Paris, la politique de l’actuelle majorité, ne peut réussir sans le concours de la RATP. Or aujourd'hui, force est de constater que celle-ci n'est pas à la hauteur. Le nombre d'autobus n'a pas été augmenté alors que les couloirs de bus ont été créés sur la chaussée afin de faciliter leur circulation. Par ailleurs, le métro est sans cesse stoppé par "des incidents techniques" des pannes et autres arrêts qui portent préjudice à la réputation de la régie. Telle est bien la question qui est posée pour mettre en œuvre l'efficacité d'un plan de circulation qui veut valoriser les transports en commun

  • Police municipale à Paris : un projet porté depuis toujours par les centristes parisiens

    images2.jpgÀ la différence des autres communes françaises, la sécurité de Paris n’appartient pas au maire, mais au préfet de police. Cette particularité s’explique en partie par la centralisation dans la capitale de quasiment tous les leviers de commande de la nation, mais aussi par une sorte de tradition. Car c’est seulement en 1977 que des élections municipales y ont été organisées. Une loi de 1986 a cependant restitué au maire de Paris certaines responsabilités : la police de la voirie (salubrité de la voie publique, sécurité des foires, des marchés…) et la conservation du domaine public. Puis une loi de 2002 lui a aussi confié la police municipale en matière de bruits de voisinage et une compétence pour ce qui concerne la circulation et le stationnement (avec certaines restrictions).

    Le maire de Paris dispose d'ailleurs de fonctionnaires - auxquels on ne veut surtout pas donner le nom de policiers : les inspecteurs de sécurité de la Ville de Paris. Longtemps, ceux-ci se sont plaints d’être sous-employés. D’ailleurs, la contribution de la Ville a représenté près de 50% du budget de la préfecture de police…

    images.jpgEn août 2013, Anne Hidalgo déclarait sur Europe 1  "Je suis très opposée, à Paris, à la mise en place d'une police municipale" en expliquant que la coopération entre la Ville de Paris et la préfecture fonctionnait parfaitement bien…. Je suis persuadé que ces propos sont décalés et d’un autre temps. Et aujourd’hui le débat est simple : ou bien on laisse les choses en état, ou le parlement décide, enfin, de créer une véritable police municipale. Et il y a urgence car la construction de la métropole du Grand Paris appelle à un changement de gouvernance en matière de police. En outre, dès 2016, la ville fixera le montant des amendes de stationnement. Un pas de plus dans l'approfondissement de son pouvoir « décisionnel » de police, qui accentuera le grand écart entre autorité politique et financière municipale et autorité fonctionnelle préfectorale.

    Depuis des années, les centristes parisiens portent ce projet de création de police municipale à Paris. Ce sont les seuls, depuis 1977 et la création du statut actuel de Paris, à n’avoir changé d’avis.  La sécurité et la prévention au cœur de nos quartiers sont les 2 axes fort de cette réforme. Nous pouvons imaginer que l’ancrage des futurs agents de la police municipale dans chaque arrondissement pourra favoriser l'efficacité de leur action.

    La création de cette police doit automatiquement passer par un changement du statut de Paris. Il faut une nouvelle loi. Celle-ci sera d’autant plus simple à adopter si, bien entendu, les parlementaires sont convaincus de cette évolution. Les parlementaires centristes doivent porter ce projet, relayé par les élus parisiens.