Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité - Page 4

  • Statut de Paris : au coeur du Grand Paris, faire de notre capitale une ville toujours plus agréable à vivre, attractive et capable de rivaliser avec les grandes métropoles mondiales

    702773164.jpgDepuis octobre, les groupes politiques et les maires d'arrondissement travaillent sur la question de l’évolution du statut de Paris en collaboration avec la préfecture de police et la préfecture de Paris et de la région Ile-de-France. Cette réforme vise à une simplification administrative, à une nouvelle répartition des compétences entre l'Etat et la Ville et au renforcement du rôle des maires d'arrondissement. Elle nécessite une modification législative. Le Parlement se prononcera d'ici la fin de l'année.


    Paris possède un statut particulier à plus d’un titre. Notre ville a toujours attiré la méfiance du pouvoir étatique. Alors que le principe de l’élection du maire a été instauré définitivement pour toutes les communes par une loi de 1882, la cité parisienne n’élit son maire que depuis la loi du 15 décembre 1975 (premières élections municipales en 1977). Depuis l’arrêté du 12 messidor an VIII (1er juillet 1800), les compétences en matière de police restent, pour l’essentiel, assurées par un préfet de police, autorité étatique nommée en Conseil des Ministres. Paris connaît également un découpage en arrondissements ayant à leur tête un maire, en vertu de la loi du 31 décembre 1982. Les vingt maires d’arrondissement ne sont pas des maires de plein exercice, Paris ne connaissant qu’un seul maire, le maire de Paris élu par et parmi l’assemblée municipale délibérante qu’est le Conseil de Paris. Les mairies d’arrondissement ont un pouvoir d’avis (subventions, urbanisme), un pouvoir de décision concernant les équipements de proximité à vocation éducative, sociale, culturelle, sportive et d’information de la vie locale de l’arrondissement.
    La structuration "à étage" de la municipalité parisienne se retrouve dans le mode de scrutin. Les listes municipales parisiennes sont composées par arrondissement : les conseillers de Paris (siégeant à la fois au Conseil de Paris et au conseil de l’arrondissement où ils sont élus) constituent le début des listes de candidats d’arrondissements. Par ailleurs, Paris est à ce jour la seule commune à être également un département : le maire de Paris est ainsi président du conseil général, et le Conseil de Paris est à la fois conseil municipal et conseil général, disposant des deux séries de compétences. La création de la Métropole du Grand Paris et des ses conseiller fait aussi inévitablement évoluer le rôle de Paris dans cette nouvelle instance.
    La nécessité d’organiser les relations entre Paris et les collectivités territoriales de la "zone dense" (essentiellement la Petite Couronne) est apparue récemment. Pour répondre à des besoins nouveaux des habitants (logement, transports, développement économique, etc.), il va falloir imaginer de nouvelles mutualisations de services publics.
    Les prochains défis sont donc de plusieurs ordres :
    - comment rendre la Ville de Paris toujours plus agréable à vivre, attractive et capable de rivaliser avec les grandes métropoles mondiales ?
    - comment créer une Ville avec un fonctionnement moderne, humain, efficace et acceptable par tous
    - comment, enfin, incarner, demain, la Ville de Paris et au-delà, le Grand Paris.

    A titre personnel, je suis pour une véritable refonte avec 3 grands axes :
    - L’élection au suffrage universel direct du maire de Paris
    - L’évolution de ses prérogative en matière de police
    - Donner au maire un véritable pouvoir économique


    Cette réflexion passe donc par un véritable débat sur le statut de Paris qui ne peut pas être absent de la future réforme territoriale. Et cette thématique doit être portée par les centristes, complétement légitime sur cette question. En effet, durant plus de 20 ans, les élus centristes parisiens ont été à la pointe de l’action publique avec, notamment le débat sur le statut de Paris en 1975 créant un maire à Paris..

  • Commerces de proximité : la ville de paris semble, enfin, s’y intéresser !

    FullSizeRender (7).jpgLe Conseil de Paris a lancé l'élaboration du Contrat de Revitalisation artisanale et Commerciale (CRC). Ce nouvel outil contribuera à la sauvegarde et au développement du commerce et de l’artisanat de proximité dans plusieurs quartiers du 12e : Daumesnil-Montgallet et Saint-Mandé-Picpus.


    Enfin ! Après avoir négligé durant des années le commerce de proximité, la ville de Paris semble s’y intéresser. Ce dispositif permettra à la Ville de Paris de réaliser la préemption de locaux commerciaux et la réimplantation de commerces et d’artisans dans les zones géographiques les plus concernées par la disparition des commerces, la vacance prolongée de locaux commerciaux, ou la mono-activité, notamment dans les quartiers populaires.
    En effet, d’importants recoupements apparaissent entre ces secteurs et les périmètres situés en Politique de la ville, dans les quartiers GPRU et aux portes de Paris. Une intervention dans ces secteurs est dès lors primordiale.
    La Ville de Paris propose ainsi de participer en ligne, jusqu'au 10 février 2016, à la co-construction de ce nouveau dispositif en parallèle des réunions publiques de concertation dans les mairies d’arrondissement concernées par les périmètres.

    IMG_4478.jpgPour le 12e arrondissement, cette réunion aura lieu le mardi 9 février 2016 à 18h30 en salle des fêtes de la Mairie.
    L’objectif de ce formulaire est que les habitants participent à l’identification des différentes problématiques liées au commerce dans les périmètres concernés : les éventuelles carences, la vacance commerciale, ou les surreprésentations de certaines activités qui ne contribuent pas à l’animation des quartiers.
    À l’issue de la concertation, un bilan sera réalisé qui permettra d’alimenter le cahier des charges du futur contrat de revitalisation commerciale. La procédure d’attribution du contrat sera lancée au printemps prochain. Il est cependant regrettable qu'à aucun moment, le digital n'est été pris en compte. L'expérience réalisé dans le 9eme arrondissement avec le concept "Ma rue connectée" est très intéressante. Cela montre malheureusement bien le décalage entre les élus et les attentes des habitants.

    Pour mémoire, voici nos propositions pour le commerce de proximité :
    Promouvoir le commerce de proximité en créant une commission extra-municipale pour le commerce et l’artisanat qui se réunira une fois par trimestre à la mairie du 12ème. Lutter contre la monoactivité par le biais des permis de construire et du droit de préemption.

    IMG_7576.jpgInutile de rappeler la nécessité de nos commerces de proximité, fédérateurs en matière sociale et économique.
    Il ressort une attente forte de ces commerces par les riverains, la suppression de ces boutiques de première nécessité (boutiques de bouche) est une mort à moyen terme de nos rues.
    En luttant contre la mono-activité, principalement dans notre 12ème - informatique et agences bancaires - en infiltrant les commerces vitaux, nous recréerons ainsi “l’ambiance village”.
    Aussi, nous devrons apporter notre aide aux jeunes sortis des écoles d’apprentissage (exemple : Ecole de boucherie – Boulevard Soult) en partenariat avec les Chambres de Commerce et des Métiers, en créant dans les secteurs du 12ème, manquant de commerces de bouche, des marchés couverts (en exemple avec celui de la Place d’Aligre – Marché Beauveau).
    La Mairie doit accompagner le développement de ces “jeunes commerces” par un suivi trimestriel, assisté d’acteurs économiques (Ville de Paris – Région – Consultants).
    Nous devons également apporter une aide financière et logistique aux Associations de commerçants, afin de développer l’attractivité commerciale, en particulier dans les quartiers défavorisés, avec une étude sur les places de stationnement “clientèle”.

  • Dans le quartier de Reuilly pour échanger avec les habitants et les commerçants

    Image-1 (2).jpgSamedi je me suis rendu dans le quartier de Reuilly, dans les rues de Reuilly, Erard, Sergent Bauchat et boulevard Diderot. A cette occasion, j’ai pu rencontrer de nombreux riverains et habitants. Au cours de ces échanges, de nombreux sujets ont été abordés : les problèmes de circulations et de stationnement, l’avenir du marché Saint Éloi aujourd’hui en mal d’attractivité, la sécurité… Les problèmes de sécurité sont de plus en plus en plus nombreux. Ils restent persistants dans l’ilot Saint Eloi et place Maurice de Fontenay. Rue de Reuilly, de nombreux commerçants mais aussi riverains ont évoqué le marché Saint Éloi. Beaucoup souhaite le revitaliser. C’est effectivement une ambition pour le quartier qui ne possède pas d’autres marchés. De plus, celui-ci existe depuis des décennies et doit être modernisé afin d’attirer le maximum d’habitants. Une vraie réflexion avec les commerçants de la rue de Reuilly, le conseil de quartier, les riverains doit se mettre en place et proposer un espace commercial digne de ce nom. Je suis allé visiter un nouveau commerçant qui vient de s’installer près de la place Montgallet. J’en ai profité pour rencontrer des riverains de la rue de Reuilly. Ce quartier doit retrouver sa dynamique mais aussi sa fluidité notamment dans la circulation à l’approche de la place Félix Eboué. C’est en tout le cas le souhait de nombreux acteurs locaux rencontrés.

    Image-1.jpgAutre sujet : le haut du boulevard Diderot, entre la rue de Reuilly et la place de la Nation. Cette partie du boulevard reste déserte en terme d’activité, malgré la présence de très nombreux riverains. Si la rénovation du boulevard est une bonne chose, nous pouvons constater qu’aucune réflexion n’a été menée sur la façon de créer une dynamique locale.
    Square Saint Charles (rue de Reuilly) je me suis entretenu avec des gardiens sur l’ambiance du quartier. Concernant la vie locale de ce quartier, nous pourrions mettre en place souhaitons mettre en place une prestation de services appelée « Animation Locale », destinée à soutenir le développement de la vie sociale là où existe une forte demande des familles, des jeunes. La prestation pourrait financer des structures du type d'associatives dont les projets de proximité : répondent à la participation locale dans une approche collective, favorisent les solidarités de voisinage, les relations entre générations, les liens sociaux et familiaux, les échanges sociaux : s’inscrivent dans un enchaînement d’actions avec un fil conducteur, une dynamique et s’inscrivent dans la durée et prévoient une diversité et un enchaînement d’actions ouvertes à toutes les familles.
    Plus que jamais, c’est sur le terrain, en étant présent et avançant des idées innovantes que nous pourrons, demain, proposer une véritable alternative. Face à la crise actuelle, il est donc important de créer, dès à présent, dans nos arrondissements, une dynamique commune. Enfin, c’est en s’ouvrant sur la société civile, représentative de nos quartiers, travaillant depuis longtemps aux côtés des habitants, des associations et éloignée de tous calculs politiciens, que nous pourrons proposer un nouveau choix pour le 12eme et Paris avec des hommes et des femmes ancrés dans l’arrondissement

  • Samedi à la rencontre des habitants dans le quartier du Faubourg Saint-Antoine et au marché d'Aligre

    IMG_5559-1.jpgNotre arrondissement, contrairement aux attentas du mois de janvier dernier, n’a pas été directement touché par les événements dramatiques qui se sont déroulés vendredi 13 novembre. Cependant avec la proximité de ces événements c’est tout un quartier qui durant de longues heures a vécu dans l’angoisse et la peur. Habitants et commerçants ont été les témoins de ce drame. De nombreux bléssés ont du reste été soignés à l’hopital Saint Antoine. Dans une note en date du 14 novembre, j’ai exprimé mon sentiment concernant cette attaque qui à touché notre pays.

    C’est pour raison pour laquelle samedi je me suis rendu dans le quartier du Faubourg 

    IMG_5555.jpgSaint antoine et au marché d’Aligre afin de rencontrer et échanger avec des riverains mais aussi les commerçants. Une très grande émotion était palpable sur le marché mais aussi dans les rues

     

    . J’ai longuement parlé avec de nombreux habitants. À tous, mon message fut le suivant : le 13 novembre c’est une nouvelle fois notre pays, ses fondements, ses valeurs qui ont été attaqués. Face à la barbarie, il n’y a pas de meilleure réponse que le rassemblement des hommes et des femmes qui partagent la même émotion et aspirent à la tolérance et au respect. Ces terroristes ne pourront jamais, jamais, nous ôter ces valeurs. De nombreux riverains souhaitaient se mobiliser pour défendre ces valeurs.

    Et parce que la vie continue, d(autres sujets ont été évoqués : la propreté, la circulation, la rénovation du marché couvert Bauveau…

     Enfin, dimanche, je me suis rendu à un hommage devant le Bataclan et les autres lieux de cette tragédie pour rendre hommage aux victime, exprimer notre solidarité et surtout réaffirmer les valeurs que nous portons, celles de

    la liberté et la démocratie.

     

  • Ce week-end, dans le quartier de la Nation pour rencontrer et échanger avec les habitants

    73905553.2.jpgSamedi, j’ai passé la matinée sur le terrain, dans notre 12eme arrondis ement. Je me suis tout d’abord rendu dans le quartier de la place de la Nation (rue du faubourg Saint Antoine, rue Fabre d’Églantine, avenue du Bel Air, rue des Colonnes du trône, cours de Vincennes…). J’ai, à cette occasion, rencontré des commerçants mais aussi des riverains. Dans ce quartier que je connais bien depuis de très nombreuses années, de nombreux sujets existent : la propreté, la sécurité, le stationnement etc… L’une des questions est aussi le futur réaménagement de la place de la Nation. En effet, cet axe important de l’est Parisien doit à mon sens, évoluer. Avec la rénovation des boulevards extérieurs et l’arrivée du tramway, il est logique de donner un nouveau souffle à cette place. S’il est aussi logique de penser son réaménagement en lien direct avec celui de la place de la Bastille, il est incompréhensible de ne pas d’occuper également du faubourg Saint Antoine. Pour être parfaitement clair, je pense que nous devons aussi mettre en place une véritable réflexion sur l’avenir du Faubourg Saint Antoine, axe majeur qui rejoint ces 2 places. En effet, cette artère n’est plus que l’ombre d’elle-même (fermeture de boutiques, déménagement des sites attractifs comme "Le lieu du design"…). Ces améliorations seront aussi l’occasion de donner à l’ensemble du quartier une nouvelle attractivité. De nombreux commerçants, mais aussi riverains, se sont aussi plaint du nombre important de manifestations place de la Nation. Je me suis effectivement interrogé à plusieurs reprises sur ces manifestations bloquant ainsi tout le quartier. Pour preuve, à l’occasion de ces rassemblements, la préfecture ferme les rues jusqu’à l’avenue Arnold Netter, cassant, par exemple, toute activité commerciale rue du rendez-vous…

    1137168193.2.jpgJe me suis ensuit te rendu sur le marché cours de Vincennes pour échanger avec les habitants. Un excellent accueil et des rencontres très intéressantes…. Enfin, j’ai terminé par la rue du rendez-vous dans laquelle j’ai rencontré des responsables associatifs. Nous avons notamment parlé du problème de l’attractivité du quartier. En effet, si durant des décennies la rue du rendez-vous (mais aussi Marsoulan) fut LA rue commerçante par excellence elle est aujourd’hui en manque de repère et aucune vision n’est proposée par l’actuelle majorité. Plusieurs sujets sont en questions : piétonisation, éclairage, stationnement… Les commerçants mais aussi les riverains, sont en attentes de nombreuses réponses. Ouverts au dialogue et aux propositions, ils souhaitent une concertation globale sur l’ensemble du quartier.
    Plus que jamais, c’est sur le terrain, en étant présent et avançant des idées innovantes que nous pourrons, demain, proposer une véritable alternative. Face à la crise actuelle, il est donc important de créer, dès à présent, dans nos arrondissements, une dynamique commune. Enfin, c’est en s’ouvrant sur la société civile, représentative de nos quartiers, travaillant depuis longtemps aux côtés des habitants, des associations et éloignée de tous calculs politiciens, que nous pourrons proposer un nouveau choix pour le 12eme et Paris avec des hommes et des femmes ancrés dans l’arrondissement.

  • Samedi sur le terrain dans le quartier d’Aligre et rue du Faubourg Saint-Antoine

    terrain1.jpgSamedi, j’ai commencé mes visites sur le terrain dans le quartier des XV/XX, rue et place d’Aligre. En plein cœur de ce formidable marché, j’ai rencontré de nombreux commerçants mais aussi des riverains. Nous avons évoqué l’organisation de l’activité commerciale, l’avenir du marché Bauveau touché par un incendie il y a plusieurs semaines, mais aussi la vie de ces rues, en dehors des horaires du marché.  La propreté et la sécurité étaient aussi au centre de nos échanges. Le marché d’Aligre est un lieu d’attractivité extraordinaire pour notre arrondissement. Nous devons veiller à ce qu’il le reste et permettre aussi aux riverains de vivre dans un quartier toujours plus accueillant en limitant les nuisances.

    Autre sujet abordé, dans le passage Driancourt, une parcelle actuellement en friche. Idéalement situé, proche du marché d’Aligre et du faubourg Saint-Antoine, nous aurions pu imaginer que la Mairie du 12e soit particulièrement attentive à cet espace. Actuellement à l’abandon, fermé par des grilles, ce lieu est complètement abandonné. Un projet de délibération, pour achever la phase d’aménagement de ce terrain2.jpgsecteur entamé en 1990, a été présenté en conseil d’arrondissement il y a plusieurs mois mais rien ne semble se concrétiser. Dans tous les cas, les riverains passants devant ne sont informés d’absolument aucun projet. Cette situation est regrettable. Ce quartier, particulièrement vivant doit être un vrai centre d’attractivité de notre arrondissement. Entre le marché d’Aligre, le viaduc des arts à proximité et l’animation du faubourg, rien ne doit être laissé au hasard en matière d’aménagement. Je me suis aussi rendu rue de Citeaux qui faitr l’objet d’une « rénovation ». En effet, la Mairie du 12eme souhaitre transformer cette artère en « rue verte ». Les riverains sont assez mécontents de cette évolution, réalisée sans concertation ou un semblant de concertation…

    terrain3.jpgUne fois encore, de belles rencontres et des propositions constructives. Plus que jamais, nous nous engageons auprès des acteurs de la vie locale, des associations et des habitants, à agir pour eux et dans leurs intérêts uniquement car le 12eme de demain se construit maintenant et ensemble !

     

     

  • Rue de Cîteaux : un semblant de concertation pour supprimer tout le stationnement

    Nous publions sur ce blog le courrier d’un habitant concernant les travaux engagés rue de Cîteaux.

    IMG_5171.jpg« Il y a 5 ans la rue de Cîteaux était privée de la moitié de ses places de stationnement. Il y a 2 ans elle est transformée pour laisser place au stationnement des 2 roues. A cette époque  Mme Le Maire qui était 2e adjointe s’engage à ne plus toucher au stationnement – je tiens  à sa disposition ses propres mots.Aujourd'hui après une présentation du projet à mi-septembre et une consultation sur internet de 5 jours, la rue de Cîteaux n'a plus de stationnement du tout pour en faire une rue végétale.

    Je souhaite évoquer plusieurs éléments concernant cette transformation:

    Où est où la parole des habitants consultés ?  Si elle avait été prise en compte qui peut croire que ce projet peut être mis en route moins d'un mois après? Cette démarche de « concertation » était finalement purement démagogique. Car sur le fond, cette rue végétale pose problème à plus d'un titre :

    Elle n'est accessible qu'aux riverains. Que pouvons-nous y faire autres qu'y marcher ?

    En effet plus de stationnement cela veut-il dire plus de voiture pour les riverains ? Et concernant les livraisons des 3 restaurants de la rue, de l’hôtel, de l’école de danse, et du supermarché ? Les livraisons sont-elles possibles ? Rien dans ce projet ne le précise.  Plus de stationnement et privatisation aux riverains cela empêche toutes les livraisons courses déménagements mais aussi VTC, TAXI. Plus de places pour les techniciens médicaux qui visitent les malades de la rue… 

    A termes, il y aura des pavés et des arbres au détriment des commerces, des personnes malades et de la simple vie des riverains. Des nouveaux problèmes pour les gens qui veulent vendre ou acheter des logements des moins valus 

     Le bilan 

    ·         Une consultation confisquée par un mensonge éhonté

              Un gaspillage de nos impôts

    ·         Une destruction de valeurs pure et simple 

    Voilà la réalité de ce projet. »

    Patrice Flory-Célini 

     

  • Projet d’hôtel Porte Dorée : une initiative malheureuse et un manque de vision de la Ville de Paris

    2257022321.jpgUne réunion publique de présentation du projet architectural du futur hôtel situé au 295 avenue Daumesnil se tiendra le mardi 27 octobre 2015. Pour mémoire, en 2013, le Conseil de Paris avait  adopté le principe de la réalisation d’un hôtel situé au 295, avenue Daumesnil, à proximité de la Porte Dorée..... Déjà évoquée début 2012, cette délibération, approuvée par le conseil d’arrondissement du 12eme avait pour but de vendre une parcelle communale située 295 avenue Daumesnil afin de réaliser un hôtel de catégorie 3/4 étoiles.
    Ce qui est d’abord surprenant, c’est le manque de concertation. En effet, même un élu écologiste s’étonnait déjà il y a plus d’un an du manque de transparence et d’information sur ce projet. Ensuite, le projet en lui-même : j’invite les habitants à venir découvrir le 295 avenue Daumesnil… C’est la Cité de l’immigration… La parcelle en question se situe donc entre le musée de la Porte Dorée et le boulevard périphérique. S’il est vrai que la Ville de Paris manque de structures hôtelières, indispensable à l'attractivité de notre capitale, je dois avouer que l’emplacement de cette future construction, vue sur le périphérique parisien, est assez étonnant. Je suis également surpris que les bâtiments de France autorisent une construction moderne qui sera mitoyenne d’un bâtiment historique. Cette délibération et ce choix ne vont donc pas dans le bon sens. C’est encore un mauvais coup porté à ce quartier mais aussi au bois de Vincennes. En effet, la porte Dorée marque le début de ce superbe bois. Il doit être le début de la rénovation complète de ce secteur (pelouse de Reuilly, circulation….). Au lieu de cela, en donnant à des promoteurs l’occasion de créer un hôtel, sous prétexte d’attractivité, de création d’emplois et d’aider les entreprises (venant de leur part, ça se saurait…), la Ville, une fois de plus, confirme son manque de vision globale. Ce projet, mal ficelé et qui ne fait pas l’unanimité au sein de la majorité PS/Vert/FG est en décalage complet avec le quartier.

    Enfin, la commission du vieux Paris estime pour sa part «La Commission observe que la très grande proximité spatiale entre ce projet d’hôtel de huit niveaux et le musée de l’histoire de l’immigration d’échelle moyenne, sur laquelle sont réglés les bâtiments construits en périphérie, serait de nature à en modifier la perception. Elle constate que l’implantation de ce nouveau volume viendrait masquer en partie le côté est du musée, dont le caractère moderne très épuré fait contrepoint au décor foisonnant de la façade, sculpté par Alfred Janniot. Elle s’inquiète également de la couleur à venir et du traitement de surface des façades de l’hôtel qui pourraient contredire, en raison d’un contraste trop fort, l’oeuvre d’Albert Laprade et de Léon Jaussely. La Commission demande pour cela que le projet d’hôtel puisse encore évoluer de façon à s’inscrire dans un rapport architectural et urbain avec le Cité de l’immigration mieux équilibré. »