Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12eme arrondissement - Page 3

  • A la rencontre du monde associatif du 12eme arrondissement

    14292293_10154436265213363_1840536159268373449_n.jpgSamedi 10 septembre, je me suis rendu, comme chaque année, au Forum des associations qui était organisé sur le boulevard de Reuilly. J’ai durant toute la matinée été à la rencontre des présidents et bénévoles qui tout au long de l’année font vivre ces structures. Le réseau associatif du 12e couvre un grand nombre de domaines : activités culturelles, pratiques sportives, solidarité, environnement… C’est, depuis toujours, un véritable atout pour notre arrondissement et pour l’épanouissement de tous.
Cette manifestation phare de la rentrée dans notre arrondissement permet d’offrir une vitrine représentative de la vie associative du 12e, de découvrir les associations, de trouver des ressources supplémentaires pour la vie quotidienne, de découvrir une activité de loisir ou de bénévolat mais aussi de renforcer le réseau de la vie associative, d’encourager les projets collectifs et interassociatifs et bien sûr 14292424_10154436265223363_5136332899898078792_n.jpgobtenir toutes les informations que les habitants recherchent. Tout au long de cette matinée, j’en ai aussi profiter pour rencontrer les commerçants du boulevard de Reuilly, satisfait de ce forum.
    C’est pour moi un vrai plaisir de rencontrer toutes ces associations, dont certaines que je connais depuis plus de 20 ans ! Nous avons, du reste, été chaleureusement accueillis tout au long des stands visités.
    Au quotidien, les associations prennent le relais d’une vie partisane et syndicale essoufflée, et offrent à tous des moyens d’expression et de participation. Mais si les associations jouissent dans l’imaginaire collectif d’un capital de sympathie important les problèmes auxquels elles sont confrontées sont grands : financement, responsabilité, gestion du temps…. . C’est la raison pour laquelle nous devons les soutenir et les aider. 14238318_10154436265273363_179945303363275415_n.jpgDans le 12eme, la création de la maison des associations avenue Daumesnil est une bonne chose. Je pense que la mutualisation des moyens est aussi un chemin d’avenir. Enfin les manifestations tel que ce « Forum des Associations » est aussi apprécié des habitants et des responsables. Par ailleurs, il semble bien que ceux qui adhèrent dans au moins une association s’investissent et prennent de plus en plus de responsabilités. Ce processus de « professionnalisation » est souligné par de nombreux travaux : il se caractérise par un nombre croissant de salariés, une rationalisation des conditions d’exercice de la pratique bénévole, ou encore un lien de plus en plus attesté entre l’engagement associatif et l’activité professionnelle. Derrière ça, c’est la question du bénévolat qui est posée et plus généralement la façon dont nous pouvons, ensemble, réfléchir et agir pour un monde 14332964_10154436265408363_7064730565365713784_n.jpgassociatif toujours plus vivant

  • 21 juin, fête de la musique

    4242117797.jpgLa Fête de la Musique a été fixée à une date unique et symbolique, le 21 juin, jour du solstice d’été. Grande manifestation populaire gratuite et ouverte à tous les musiciens, amateurs de tous niveaux ou professionnels, elle célèbre la musique vivante et met en valeur l’ampleur et la diversité des pratiques musicales, ainsi que tous les genres musicaux. Elle s’adresse à tous les publics et contribue à familiariser à toutes les expressions musicales les jeunes et les moins jeunes de toutes conditions sociales. La Fête de la Musique est majoritairement une manifestation de plein-air qui se déroule dans les rues, les places, les jardins publics, les cours d’immeubles, les halls de gare, etc., sans esprit ni but lucratif. Les musiciens sont invités à se produire bénévolement et toutes les manifestations sont gratuites pour le public. Mais c’est aussi l’occasion d’investir ou d’ouvrir exceptionnellement au public des lieux qui ne sont pas traditionnellement des lieux de concerts : musées, hôpitaux, édifices publics, etc.
    La gratuité des concerts, le soutien de la SACEM, le relais des médias, l’appui des collectivités territoriales et l’adhésion de plus en plus large de la population, ont fait que, en quelques années, la Fête de la Musique est devenue l’une des plus grandes manifestations culturelles françaises.
    Depuis sa création par le ministère de la Culture et de la Communication, en 1982, les communes rurales et les petites, moyennes ou grandes villes de France s’investissent pour faire du 21 juin un moment privilégié, expression de la vie musicale dans son ensemble et reflet de son dynamisme permanent.

    Consultez tous les concerts du 12eme arrondissement

  • Le quartier Bel-Air en fête et 18eme édition de la fête des voisins !

    39734794.jpgVendredi 27 mai à partir de 18h, le conseil de quartier Bel-Air Sud et l'association Broc Bel R proposerons toute une série d'animations dans le quartier. Des stands et des animations seront disponibles près de la Coulée Verte entre l'avenue Michel Bizot et la rue Marie Laurencin.

    A noter également que c’est aussi demain que se déroule la traditionnelle « fête des voisins ». Renommée « Immeubles en fête « , cette initiative se donne pour but de permettre à des voisins de se rencontrer de façon conviviale, afin de rompre l'isolement qui et de tente de créer un sentiment d'appartenance au quartier. Comme tous les ans, je participerai à plusieurs rassemblement au cœur de notre arrondissement !

  • 10eme édition des Journées Européennes des Métiers d’Art

    logo-jema-big.pngCette année encore, notre arrondissement sera au rendez-vous des Journée Européenne des Métiers d’Art avec, notamment, le Viaduc des Arts, avenue Daumesnil et les dizaines d'ateliers situés dans le quartier du Faubourg Saint Antoine [Découvrez le programme]. Le thème de cette nouvelle édition est « Gestes de demain »
    Notre futur est dans le « faire », l’avenir entre nos mains. Construisons-le ensemble avec les métiers d’art. C’est le message que délivreront ces dixièmes Journées Européennes des Métiers d’Art, partout en France et dans une quinzaine de pays européens.
    Créées en France à l’initiative des pouvoirs publics, les Journées Européennes des Métiers d’Art sont le premier événement international consacré aux métiers d’art, coordonné par l’Institut National des Métiers d’Art, pour soutenir fortement ce secteur à haut potentiel de développement économique et culturel.
    Ce rendez-vous met chaque année en lumière plus de 200 métiers et encore plus de savoir-faire alliant gestes de tradition, de création et échanges humains, ancrés dans l’économie réelle de nos territoires dont ils concourent au dynamisme et à l’attractivité.
    Ces nouveaux savoir-faire et savoir-être engendrent les codes d’une double excellence digitale, dont la France mène l’avant-garde, ouvrant un espace infini de possibilités, tant dans les protocoles de fabrication que dans les débouchés économiques.
    Encourageant toujours plus la participation active du public, valorisant les savoir-faire, la création, l’innovation et les circuits courts de production, ces journées invitent à nous retrouver autour d’actes et des gestes qui apportent une réponse humaine et responsable, adaptée aux nouvelles aspirations de consommation et de vivre ensemble.
    Au programme de ce printemps des métiers d’art, populaire, citoyen et fédérateur : ouvertures d’ateliers, regroupements entre professionnels, expériences collaboratives, ateliers-débats, portes ouvertes de centres de formation, de lieux culturels, organisation d’expositions, salons, workshops, ateliers d’initiation, circuits thématiques, etc.
    Avec ces journées, l’Institut National des Métiers d’Art et l’ensemble de ses partenaires et acteurs au plan national, territorial et européen, contribuent ainsi à préparer l’avenir de ce secteur dans une société en mutation, pour que les métiers d’hier et d’aujourd’hui soient toujours les métiers de demain.

  • La Foire du Trône est une nuisance pour notre arrondissement…à quand son déménagement ?

    398876158.JPGCette année encore, la Foire du trône s’installe dans notre arrondissement, Pelouse de Reuilly. Elle ouvre le 25 mars pour une durée de… 2 mois. Ce qui est finalement formidable avec ce dossier, c’est que les années passent et les problèmes restent les même…. La ville de Paris et la Mairie du 12eme, fervent défenseur de cet événement, qui n’est plus une fête mais un espace avec des manèges entouré de compagnie de CRS, méprisent une nouvelle fois les riverains. :
    En effet, dès son ouverture, ce ne sont que nuisances et insécurité. Malgré le déploiement d’un dispositif de sécurité important, nous retrouvons des situations d’insécurité fortes aux alentours et à l’intérieur de la Foire. Et sur le fond, aller dans une fête encadrée par des compagnies de CRS est déjà un problème. Cela prouve bien que, malheureusement, cet évènement n’est plus une fête familiale.
    897933902.jpgLes riverains, mais aussi les commerçants, sont également pénalisés : stationnement anarchique, circulation impossible… La mairie du 12e se félicite de la tenue de cette fête et nous explique que tous les moyens mis en œuvre pour renforcer la sécurité, organiser la circulation…. Nous pensons que la Foire du Trône ne doit plus se tenir sur la Pelouse de Reuilly. Nous sommes, de façon plus générale, favorable à une vraie politique novatrice pour le Bois de Vincennes dans lequel la Pelouse de Reuilly aurait toute sa place. Un projet également mis en place avec les communes de Saint Mandé, de Vincennes et de Charenton. Depuis plus de 40 ans, cette partie du 12e est, durant plusieurs semaines, complètement paralysée et devient un gigantesque parking. Nous souhaitons enfin mettre en place une vraie concertation, avec toutes les parties (Ville de Paris, Ville de Vincennes, de Saint Mandé, de Charenton, forains, riverains) pour travailler ensemble à son déménagement de la Pelouse de Reuilly et de notre arrondissement.

  • La cité scolaire Paul-Valéry sera rasée et reconstruite

    A lire dans le Parisien:

    280px-Lycée_Paul-Valéry.JPGLes grandes manœuvres vont commencer sur le boulevard Soult (XIIe). La vaste cité scolaire Paul-Valéry, qui comprend un lycée de 920 élèves et un collège de 450 élèves, s’apprête à connaître une restructuration totale. L’immense barre de 200 m de long qui abrite les deux établissements va être rasée pour laisser place à deux nouveaux bâtiments distincts qui ouvriront à la rentrée scolaire 2019.
    Avec une capacité d’accueil augmenté de 400 places pour le lycée.
    Si le chantier, qui sera mené par phase (sans fermeture des établissements) ne doit démarrer qu’en 2017, la concertation sur les aménagements urbains qui vont accompagner ce projet débute, elle, dès maintenant. Une exposition consacrée au dossier va se tenir en mairie du XIIe ainsi que dans l’enceinte de la cité scolaire jusqu’à la mi-avril.
    Un internat, une crèche et une école en projet
    La restructuration de la cité scolaire, nichée au cœur d’un vaste terrain de 3,5 ha, va en effet libérer de la place pour d’autres équipements. En plus du projet « scolaire », sont notamment prévues les constructions sur le site d’un internat de 150 lits, d’une crèche, d’une nouvelle école primaire et d’un immeuble de 250 logements.

     

  • Commerces de proximité : la ville de paris semble, enfin, s’y intéresser !

    FullSizeRender (7).jpgLe Conseil de Paris a lancé l'élaboration du Contrat de Revitalisation artisanale et Commerciale (CRC). Ce nouvel outil contribuera à la sauvegarde et au développement du commerce et de l’artisanat de proximité dans plusieurs quartiers du 12e : Daumesnil-Montgallet et Saint-Mandé-Picpus.


    Enfin ! Après avoir négligé durant des années le commerce de proximité, la ville de Paris semble s’y intéresser. Ce dispositif permettra à la Ville de Paris de réaliser la préemption de locaux commerciaux et la réimplantation de commerces et d’artisans dans les zones géographiques les plus concernées par la disparition des commerces, la vacance prolongée de locaux commerciaux, ou la mono-activité, notamment dans les quartiers populaires.
    En effet, d’importants recoupements apparaissent entre ces secteurs et les périmètres situés en Politique de la ville, dans les quartiers GPRU et aux portes de Paris. Une intervention dans ces secteurs est dès lors primordiale.
    La Ville de Paris propose ainsi de participer en ligne, jusqu'au 10 février 2016, à la co-construction de ce nouveau dispositif en parallèle des réunions publiques de concertation dans les mairies d’arrondissement concernées par les périmètres.

    IMG_4478.jpgPour le 12e arrondissement, cette réunion aura lieu le mardi 9 février 2016 à 18h30 en salle des fêtes de la Mairie.
    L’objectif de ce formulaire est que les habitants participent à l’identification des différentes problématiques liées au commerce dans les périmètres concernés : les éventuelles carences, la vacance commerciale, ou les surreprésentations de certaines activités qui ne contribuent pas à l’animation des quartiers.
    À l’issue de la concertation, un bilan sera réalisé qui permettra d’alimenter le cahier des charges du futur contrat de revitalisation commerciale. La procédure d’attribution du contrat sera lancée au printemps prochain. Il est cependant regrettable qu'à aucun moment, le digital n'est été pris en compte. L'expérience réalisé dans le 9eme arrondissement avec le concept "Ma rue connectée" est très intéressante. Cela montre malheureusement bien le décalage entre les élus et les attentes des habitants.

    Pour mémoire, voici nos propositions pour le commerce de proximité :
    Promouvoir le commerce de proximité en créant une commission extra-municipale pour le commerce et l’artisanat qui se réunira une fois par trimestre à la mairie du 12ème. Lutter contre la monoactivité par le biais des permis de construire et du droit de préemption.

    IMG_7576.jpgInutile de rappeler la nécessité de nos commerces de proximité, fédérateurs en matière sociale et économique.
    Il ressort une attente forte de ces commerces par les riverains, la suppression de ces boutiques de première nécessité (boutiques de bouche) est une mort à moyen terme de nos rues.
    En luttant contre la mono-activité, principalement dans notre 12ème - informatique et agences bancaires - en infiltrant les commerces vitaux, nous recréerons ainsi “l’ambiance village”.
    Aussi, nous devrons apporter notre aide aux jeunes sortis des écoles d’apprentissage (exemple : Ecole de boucherie – Boulevard Soult) en partenariat avec les Chambres de Commerce et des Métiers, en créant dans les secteurs du 12ème, manquant de commerces de bouche, des marchés couverts (en exemple avec celui de la Place d’Aligre – Marché Beauveau).
    La Mairie doit accompagner le développement de ces “jeunes commerces” par un suivi trimestriel, assisté d’acteurs économiques (Ville de Paris – Région – Consultants).
    Nous devons également apporter une aide financière et logistique aux Associations de commerçants, afin de développer l’attractivité commerciale, en particulier dans les quartiers défavorisés, avec une étude sur les places de stationnement “clientèle”.

  • Un appel à projet pour valoriser les kiosques parisiens

    5545228ac19d8kiosqie.jpgLors de la première édition du budget participatif à l’automne 2014, le projet « des kiosques pour faire la fête » a été plébiscité par les Parisiens. C’est pourquoi la Mairie de Paris a engagé la rénovation des kiosques dans les parcs et jardins pour les ouvrir pendant les beaux jours à toutes les pratiques et accueillir en plus de la musique, des activités culturelles autres (danse, théâtre, lectures, conférences…), mais aussi sportives ou pédagogiques.
    L’appel à projet est ouvert aux particuliers, aux associations, aux conseils de quartiers, aux établissements d’enseignement et aux gestionnaires d’équipements culturels ou sportifs. Pourront être proposés de la musique, des pièces de théâtre, des spectacles de danse, de mime, de marionnettes, d'arts de la rue, des démonstrations et pratiques sportives, des jeux ou tout autre projet d’animation et de spectacle. Les animations ou activités proposées doivent être gratuites pour le public et non rémunérées pour les participants.
    Les animations devront se dérouler pendant l’année 2016 dans un des 40 kiosques parisiens. Les projets pourront être proposés autour d’une date ponctuelle mais aussi pour des dates récurrentes toutes les semaines ou tous les mois.
    Les candidatures peuvent être déposées jusqu'au 25 janvier 2016 à 14h.

    Comment proposer un projet ?
    Avant de proposer votre candidature, consultez la carte des kiosques et leur fiche pratique. Vous y découvrirez la disponibilité du kiosque, sa surface, son accessibilité (avec un véhicule ou non), la possibilité d'avoir des chaises, la possibilité d'avoir un raccordement électrique.
    Les résultats seront communiqués début avril. Rendez-vous à partir du 15 avril pour le début des animations.
    Les 4 kiosques du 12e
    • Kiosque du square Trousseau
    • Kiosque de la place de la Nation
    • Kiosque du square Jean Morin
    • Kiosque du square Courteline

  • Dans le quartier de Reuilly pour échanger avec les habitants et les commerçants

    Image-1 (2).jpgSamedi je me suis rendu dans le quartier de Reuilly, dans les rues de Reuilly, Erard, Sergent Bauchat et boulevard Diderot. A cette occasion, j’ai pu rencontrer de nombreux riverains et habitants. Au cours de ces échanges, de nombreux sujets ont été abordés : les problèmes de circulations et de stationnement, l’avenir du marché Saint Éloi aujourd’hui en mal d’attractivité, la sécurité… Les problèmes de sécurité sont de plus en plus en plus nombreux. Ils restent persistants dans l’ilot Saint Eloi et place Maurice de Fontenay. Rue de Reuilly, de nombreux commerçants mais aussi riverains ont évoqué le marché Saint Éloi. Beaucoup souhaite le revitaliser. C’est effectivement une ambition pour le quartier qui ne possède pas d’autres marchés. De plus, celui-ci existe depuis des décennies et doit être modernisé afin d’attirer le maximum d’habitants. Une vraie réflexion avec les commerçants de la rue de Reuilly, le conseil de quartier, les riverains doit se mettre en place et proposer un espace commercial digne de ce nom. Je suis allé visiter un nouveau commerçant qui vient de s’installer près de la place Montgallet. J’en ai profité pour rencontrer des riverains de la rue de Reuilly. Ce quartier doit retrouver sa dynamique mais aussi sa fluidité notamment dans la circulation à l’approche de la place Félix Eboué. C’est en tout le cas le souhait de nombreux acteurs locaux rencontrés.

    Image-1.jpgAutre sujet : le haut du boulevard Diderot, entre la rue de Reuilly et la place de la Nation. Cette partie du boulevard reste déserte en terme d’activité, malgré la présence de très nombreux riverains. Si la rénovation du boulevard est une bonne chose, nous pouvons constater qu’aucune réflexion n’a été menée sur la façon de créer une dynamique locale.
    Square Saint Charles (rue de Reuilly) je me suis entretenu avec des gardiens sur l’ambiance du quartier. Concernant la vie locale de ce quartier, nous pourrions mettre en place souhaitons mettre en place une prestation de services appelée « Animation Locale », destinée à soutenir le développement de la vie sociale là où existe une forte demande des familles, des jeunes. La prestation pourrait financer des structures du type d'associatives dont les projets de proximité : répondent à la participation locale dans une approche collective, favorisent les solidarités de voisinage, les relations entre générations, les liens sociaux et familiaux, les échanges sociaux : s’inscrivent dans un enchaînement d’actions avec un fil conducteur, une dynamique et s’inscrivent dans la durée et prévoient une diversité et un enchaînement d’actions ouvertes à toutes les familles.
    Plus que jamais, c’est sur le terrain, en étant présent et avançant des idées innovantes que nous pourrons, demain, proposer une véritable alternative. Face à la crise actuelle, il est donc important de créer, dès à présent, dans nos arrondissements, une dynamique commune. Enfin, c’est en s’ouvrant sur la société civile, représentative de nos quartiers, travaillant depuis longtemps aux côtés des habitants, des associations et éloignée de tous calculs politiciens, que nous pourrons proposer un nouveau choix pour le 12eme et Paris avec des hommes et des femmes ancrés dans l’arrondissement

  • Samedi à la rencontre des habitants dans le quartier du Faubourg Saint-Antoine et au marché d'Aligre

    IMG_5559-1.jpgNotre arrondissement, contrairement aux attentas du mois de janvier dernier, n’a pas été directement touché par les événements dramatiques qui se sont déroulés vendredi 13 novembre. Cependant avec la proximité de ces événements c’est tout un quartier qui durant de longues heures a vécu dans l’angoisse et la peur. Habitants et commerçants ont été les témoins de ce drame. De nombreux bléssés ont du reste été soignés à l’hopital Saint Antoine. Dans une note en date du 14 novembre, j’ai exprimé mon sentiment concernant cette attaque qui à touché notre pays.

    C’est pour raison pour laquelle samedi je me suis rendu dans le quartier du Faubourg 

    IMG_5555.jpgSaint antoine et au marché d’Aligre afin de rencontrer et échanger avec des riverains mais aussi les commerçants. Une très grande émotion était palpable sur le marché mais aussi dans les rues

     

    . J’ai longuement parlé avec de nombreux habitants. À tous, mon message fut le suivant : le 13 novembre c’est une nouvelle fois notre pays, ses fondements, ses valeurs qui ont été attaqués. Face à la barbarie, il n’y a pas de meilleure réponse que le rassemblement des hommes et des femmes qui partagent la même émotion et aspirent à la tolérance et au respect. Ces terroristes ne pourront jamais, jamais, nous ôter ces valeurs. De nombreux riverains souhaitaient se mobiliser pour défendre ces valeurs.

    Et parce que la vie continue, d(autres sujets ont été évoqués : la propreté, la circulation, la rénovation du marché couvert Bauveau…

     Enfin, dimanche, je me suis rendu à un hommage devant le Bataclan et les autres lieux de cette tragédie pour rendre hommage aux victime, exprimer notre solidarité et surtout réaffirmer les valeurs que nous portons, celles de

    la liberté et la démocratie.